Accueil du site

Sommaire

Le philosophe

Cont@ct

 

Journal philosophique de l'an 1999

 

10352

Saveur et fadeur opposées.

|La saveur est le plaisir gustatif ou olfactif que cause un aliment.

|La fadeur est l'absence de plaisir gustatif ou olfactif causé par un aliment.

Saveur et fadeur sont plutôt contraires qu'opposées.

 

10387

[Goodman Nelson, 1984: "L'art en théorie et en action" (1996, Éditions de l'Eclat, collection "Tiré à part") p35] "Même la fiction la plus réaliste ne peut décrire des personnes réelles et rapporter des événements réels."

C'est faux: une reconstitution judiciaire ou un roman historique, par exemple, peuvent décrire des personnes réelles et rapporter des événements réels.

 

[p38] |Le style est ce qui permet d'assimiler une création personnelle avec les autres créations des mêmes personnes plutôt qu'à celles d'autres personnes, ou avec les autres créations personnelles d'une période plutôt qu'à celles d'une autre période, ou avec les autres créations personnelles d'une région plutôt qu'à celles d'une autre région, ou avec les autres créations personnelles d'une école plutôt qu'à celles d'une autre école, etc.

|Le style est ce qui permet d'assimiler une création personnelle avec les autres créations des mêmes personnes plutôt qu'à celles d'autres personnes, ou avec les autres créations personnelles d'une période, d'une région ou d'une école plutôt qu'à celles d'une autre.

|Une création personnelle peut avoir divers styles.

|Par exemple, une même peinture peut être à la fois dans le style de Pablo Picasso, dans le style de sa période bleue, dans le style français, dans le style du vingtième siècle, dans le style occidental, etc.

 

|Est réel ce qui n'est pas que présenté ou représenté.

 

10389

|Un clonage est une copie sans aucune différence.

 

10391

|Ne parler de clones que pour la vie, les individus.

 

[Baron Anne-Marie, 1998: "Balzac ou l'auguste mensonge" (Nathan) p22] "Se constituer comme ce qu'on est pour aussitôt ne l'être plus, revendiquer une attitude qu'on abandonne immédiatement, tel est le dilemme qui fait que tout jugement sur soi-même est impossible."

|La mauvaise-foi est un effort pour oublier ce qu'on a eu comme affects, pensées ou croyances, et afin de se faire croire qu'on en a eu d'autres.

[Sartre Jean-Paul, 1943: "L'être et le néant (Essai d'ontologie phénoménologique)" (Gallimard) p90] |Par exemple, une femme, à la suite d'une déception conjugale, peut vouloir se prouver son absence de jouissance lors du coït; elle peut faire des efforts pour se distraire par avance du plaisir qu'elle redoute, en pensant à ses occupations quotidiennes, en faisant les comptes de son ménage, pour se prouver qu'elle est frigide: il y a mauvaise-foi de sa part car il y a effort pour ne pas penser ni croire au plaisir qu'elle peut éprouver.

|La bonne-foi est l'absence d'effort pour oublier ce qu'on a eu comme affects, pensées ou croyances, ou afin de se faire croire qu'on en a eu d'autres.

 

[Baron Anne-Marie p116] "La séduction [..] consiste à feindre des sentiments de manière à détourner l'autre de son chemin, à l'abuser, à le tromper par des apparences pour le faire tomber dans l'égarement amoureux."

|Séduire, c'est faire faire par une autre personne ce qu'on désire, ou se faire aimer d'elle, en lui feignant des sentiments qu'on n'a pas.

|Quelle différence entre charme et charisme?

|La séduction implique l'hypocrisie (ou insincérité).

|Le charisme comme pouvoir de séduction des foules, à moins de remettre dans le charme et dans le charisme leur aspect originellement religieux (mais n'est-ce pas la même action fondamentale?).

[p118] |La coquetterie est une feinte; elle implique de feindre l'amour de soi et l'autosatisfaction.

Quelle différence entre coquetterie et dandysme?

 

|On croit toujours avoir raison: et même si on peut croire avoir tort de faire quelque chose, on croit toujours avoir raison de penser qu'on a tort de le faire.

 

10393

[Léger Jacqueline, 1997: "un autisme qui se dit... fantôme mélancolique" (L'harmattan) p119-120, chap. "Mon frère, mon double"] "Elle [la sœur de l'autiste] communique avec lui dans son langage, et elle lui offre un comportement à imiter. Grâce à sa présence, il finira par guérir."

C'est la thérapie proposée par Luc-Laurent Salvador.

 

10395

|La tolérance est le fait de laisser exister dans son environnement quelque chose d'insatisfaisant.

 

10409

|La planéité est le fait pour une surface d'être droite.

 

10427

[Témoignage TV émission "Ça se discute"] |Une jeune femme anorexique affirmait que sa sœur aînée, morte d'un manque de potassium, se montrait fière de son anorexie, puis avait honte d'être devenue boulimique.

 

10432

A propos de choses telles les fantômes, les spectres ou les "voyages astraux", il me semble qu'un des premiers problèmes est que beaucoup de personnes les placent d'emblée dans le champ théologique ou mystique, alors que les solutions pourront provenir, selon les cas, plutôt de la physique, ou de la biologie, ou de la psychologie, voire de la sociologie ou l'ethnologie.

 

[Searle John R., 1992: "La redécouverte de l'esprit" (Gallimard, 1995) p155-156] |D'après le cas d'épilepsie dite du "petit mal", étudié par W. Penfield, il y a beaucoup de similitudes comportementales avec le somnambulisme: des comportements habituels, une faible conscience des modifications de l'environnement, et l'oubli de ce qui a été vécu dans cet état.

 

[p202] Si la jalousie est un état mental et n'est que cela, ce n'est pas le cas de la colère, qui est une émotion et a donc des composantes expressives réflexes, ni de la générosité, qui est un acte ou la caractéristique de certains actes.

 

|La générosité est la volonté plutôt que le désir d'aider.

 

10433

[Ikonicoff Roman, 1998: "La science au pied du mur", dans "Science & vie", nº 975, décembre 1998, p. 70-76 p76] "l'hypothèse que les cogniticiens aimeraient prouver: "Si tous les processus cognitifs qu'on peut automatiser sont délégués à l'inconscient, la conscience se libère pour accomplir des tâches qui requièrent attention et effort", précise Juan Segui.": l'attention étant une conscience supérieure, augmentée, Juan Segui ne fait qu'affirmer que la conscience se libère pour accomplir des tâches qui requièrent de la conscience, ce qui est assez tautologique.

 

["Science & vie", nº 975, décembre 1998, p. 30] Des équipes du CNRS, des universités de Rouen et Paris VI et du New York Medical College ont découvert des cochons d'Inde autistes, qui "évitent leurs semblables", "ont peur de tout ce qui est nouveau", ont "des mouvements" "stéréotypés", "se désintéressent de leur environnement".

 

10435

[Goldberg Jacques, 1998: "Les sociétés animales (Communication, hiérarchie, territoire, sexualité...) (Delachaux et Niestlé) p43] Contrairement à Jacques Goldberg, je ne définirais pas la société par "l'inter-attraction ou attraction mutuelle" que j'appellerais plus généralement "imitation réciproque ou mutuelle", car l'imitation, qui est nécessaire à la socialité, n'est pas nécessairement réciproque, par exemple dans le cas d'un téléspectateur, ou dans le cas d'une société comme la société française à trois cents années d'intervalle, dont les plus anciens sociétaires morts ne peuvent imiter leurs descendants.

 

[p44] Je ne crois pas que je qualifierais de social le comportement grégaire des maquereaux ou des bars qui nagent en banc, parallèlement aux congénères qu'ils voient près d'eux.

 

|Une société est un système de sujets d'une même espèce ou semblables qui en imitent d'autres ou s'imitent entre eux, qui sont différenciés entre eux et dépendants des autres ou de certains autres pour vivre ou quant à leur vie, avec leurs relations entre eux, leurs créations et leurs possessions.

 

[p. 299 & 20] |Une foule est un ensemble de sujets en grand nombre dans un même espace par une cause plus grande que la grégarité.

|Par exemple, une foule de mouches ou autres nécrophores est attirée par un morceau de viande ou un cadavre, des abeilles s'agglutinent autour d'une coupelle de confiture, ou des hyènes tachetées et des vautours se retrouvent autour de la carcasse d'un gnou (chimiotaxie); une nuée (un tourbillon) de phalènes se forme autour d'une lumière et se disperse avec l'obscurité (phototaxie); des blattes se rassemblent autour d'un fourneau (thermotaxie); des mammifères se retrouvent autour d'une mare en pleine savane sèche (hydrotaxie); des humains créent une foule en voulant profiter de promotions commerciales dans un grand magasin.

 

10455

[- plusieurs mois] [John R. Searle, 1992: "La redécouverte de l'esprit" p. 180] "Je suis convaincu que la catégorie d'"autrui" joue un rôle bien précis dans la structure de nos expériences conscientes, et que ce rôle diffère de celui des objets et des états de choses; je crois aussi que cette capacité que nous avons d'assigner un statut particulier à d'autres lieux de conscience est à la fois fondée biologiquement et constitue un présupposé d'Arrière-Plan pour toutes les formes d'intentionnalité collective [...]. Mais je ne sais pas encore bien comment démontrer ces thèses, ni comment analyser la structure de l'élément social dans la conscience individuelle.": John Searle envisage vaguement la capacité innée d'assimiler ses semblables ou congénères à soi et inversement de s'assimiler à eux (le "specific mate recognition system" de H.E.H. Paterson ou le "système de reconnaissance du semblable" de Luc-Laurent Salvador).

 

[- plusieurs mois] [John R. Searle, 1992: "La redécouverte de l'esprit" p189] "Il est possible d'imaginer un cas limite dans lequel on ne percevrait absolument rien de familier, dans lequel on ne pourrait rien reconnaître ni catégoriser, pas même comme objet, et où même mon propre corps ne serait pas catégorisable comme mien ou même comme corps.": John Searle décrit là sans le savoir l'autisme.

 

|La souplesse est la possibilité pour une matière de changer de forme et de ravoir une forme ancienne.

|La rigidité est l'impossibilité pour une matière de changer de forme et de ravoir une forme ancienne.

|La mollesse est la possibilité pour une matière de changer de forme.

|La dureté est l'impossibilité pour une matière de changer de forme.

 

10457

|La température nulle ou froideur totale (0º kelvin) implique l'absence de tout mouvement ou changement et donc l'absence de temps.

 

10485

[- une semaine] Des connexions internerveuses permettront lors de la copulation de jouir de la jouissance de l'autre.

 

10489

La sensation est-elle nécessairement une conscience de son propre corps?

 

10495

|Une marchandise est une chose qui peut être vendue, achetée ou louée.

|Un esclave est une personne marchandise.

|Une marchandise n'est pas nécessairement matérielle: par exemple, l'électricité est une marchandise (sont vendus et sont achetés des kilowatts/heure).

|Un achat est un acte de possession de quelque chose que possédait une autre personne en lui faisant posséder de la monnaie en échange.

|Une vente est un acte de faire posséder à une autre personne quelque chose que l'on possédait en échange de monnaie.

 

10517

[Moins une semaine] |Un artiste ne doit pas chercher à avoir un style, sinon ce serait s'auto-limiter, ce serait trop s'auto-imiter et diminuer sa créativité; mais je n'affirme pas qu'il doive chercher à ne pas avoir de style, car cela pourrait devenir tout autant paralysant.

 

10527

[Bataille Georges: "Théorie de la religion" (Gallimard, collection "idées", 1973) p53] |Cuisiner, c'est rendre l'aliment moins assimilable à soi-même pour la personne qui le mange.

 

Selon Platon, "nul n'est méchant volontairement"; or toute méchanceté est intentionnelle.

 

10530

|Compter, c'est essayer de connaître le nombre de quelque chose par une relation causale (souvent perceptuelle) avec cette chose.

|Par exemple, si je demande à une autre personne combien il reste de bouteilles de lait sur la table, j'essaie de connaître leur nombre sans relation causale avec elles pour le savoir, et donc sans les compter.

|Mesurer, c'est essayer de connaître la quantité de quelque chose par une relation causale (souvent perceptuelle) avec cette chose.

 

|Une probabilité est la proportion de réalisations d'un ensemble d'événements dans l'ensemble de réalisations de cet ensemble d'événement et de l'ensemble de réalisations de l'ensemble d'événements contraires.

 

|Calculer, c'est essayer de connaître le nombre ou la quantité de quelque chose par des relations entre d'autres nombres ou quantités.

|Par exemple, additionner, soustraire, multiplier ou diviser, c'est calculer.

 

10556

|De même que ce n'est pas la vérité qui fait la science, ce n'est pas la beauté qui fait l'art.

 

10557

|C'est plutôt la science qui fait la vérité et l'art qui fait la beauté.

 

La paresse est la velléité de faire quelque chose à cause des efforts que cela nécessite.

|La lâcheté est la velléité de faire quelque chose à cause des risques que cela occasionne, nécessite.

|La paresse est la velléité de faire quelque chose à cause des efforts que l'on croit que cela nécessite.

|La lâcheté est la velléité de faire quelque chose à cause des risques pour soi que l'on croit que cela nécessite.

|Le courage est la volonté de faire quelque chose malgré les risques pour soi que l'on croit que cela nécessite.

[Ghislaine Bosquet] |La lâcheté est la velléité de faire quelque chose à cause des risques que l'on croit que cela nécessite pour soi-même.

|Le courage est la volonté de faire quelque chose malgré les risques que l'on croit que cela nécessite pour soi-même.

 

10558

|Un désir est un sentiment vers quelque chose dont on n'est pas certain de la réalisation.

 

10560

|La paresse est la velléité de faire quelque chose à cause des efforts que l'on croit que cela implique ou nécessite pour soi-même.

 

Un désir est un sentiment envers quelque chose dont on n'est pas certain de la réalisation.

"Vers" représente mieux qu'on a plutôt l'intention de réaliser un désir que de ne pas le réaliser; "sur" et "envers" ne le représentent pas du tout, et c'est le défaut de ces définitions qui n'expriment pas, ne représentent pas que le désir est un sentiment positif.

 

A la question posée par le journal "The Time": "Selon vous, qui a marqué le plus le 20e siècle?", je réponds que c'est Lénine: il a orienté et déterminé tout le communisme du 20e siècle, les dictatures soviétiques et toutes celles qui s'en sont inspiré, toutes les oppositions; le national-socialisme, avec l'ouvrier Anton Drexler, est issu des rangs communistes et s'y est opposé.

 

10562

A la question : "Qui a marqué le plus le 19e siècle?", je répondrais que c'est Napoléon.

 

10566

|Dilettante: faire quelque chose qu'on aime sans faire trop d'efforts; aimer quelque chose sans passion, sans être prêt à faire beaucoup d'efforts pour; amateur paresseux.

 

10575

|Une émotion est un affect qui cause des réflexes ou des intentions présentatives.

[Clotilde Calabi, 1999: "Le dégoûtant", dans "Critique (Penser les émotions)", nº 625-626, juin-juillet 1999 (Minuit)] |Un dégoût est une émotion de rejet ou d'élimination de quelque chose de son environnement perceptif.

|Par exemple, on est plutôt dégoûté par des choses vivantes, humides, mouillées et molles, collantes, poisseuses, visqueuses, grouillantes, les poux, la vermine, les limaces, la crasse, les déjections corporelles, la pourriture, la difformité corporelle, etc.

|Par exemple, le renvoi d'un aliment qu'on ne peut pas avaler (du fromage ou une banane trop mûre par exemple), c'est du dégoût.

|Une émotion est l'ensemble d'un affect et des réflexes ou des intentions présentatives qu'il cause.

 

[Jonathan Barnes, 1999: "La colère de Chrysippe", dans "Critique (Penser les émotions)", nº 625-626, juin-juillet 1999 (Minuit) p537] |La colère est proche de la vengeance et de la rancune.

|Une colère est une émotion de destruction de quelque chose ou d'insatisfaire un sujet parce qu'on est soi-même insatisfait.

|Par exemple, lancer soudainement un outil parce qu'on ne réussit pas à le faire fonctionner, ou gifler un enfant bruyant sont des gestes de colère.angoisse objet menaçant vis-à-vis de moi-même, plus fort que moi, m'incite à me retirer de mon environnement.

 

10577

La colère est une réaction primaire, alors que la rancune et la vengeance sont des réactions secondaires; comme on dit, "la vengeance est un plat qui se mange froid".

 

La punition serait-elle une réaction tertiaire? Le pardon serait une réaction tertiaire.

 

Ma définition du désir (sentiment vers quelque chose dont on n'est pas certain de la réalisation) peut contenir, suggérer le fait qu'on peut désirer d'autant plus quelque chose qu'on est peu certain de sa réalisation; comme l'écrivait Jean Racine, "le désir s'accroît lorsque les faits se retirent".

 

10579

|[Pierre Bourdieu, 1998: "La domination masculine" (Minuit)] Au tout début de son préambule à "La domination masculine" (p. 7), Pierre Bourdieu affirme que "toute la logique de sa recherche" tient à son "étonnement" devant le "respect" de "l'ordre du monde"; s'il est tant étonné, c'est que son romantisme ou son idéalisme, comme on voudra nommer cela, lui rend difficile de concevoir et d'admettre la force, la puissance, la prégnance ou l'universalité de l'imitation: il tourne autour sans aller au cœur.

 

|L'impossibilité implique une probabilité nulle.

|Une probabilité nulle n'implique pas l'impossibilité.

|La nécessité implique une probabilité de 1.

|Une probabilité de 1 n'implique pas la nécessité.

|La contingence implique une probabilité supérieure ou égale à 0 et inférieure ou égale à 1.

|Une probabilité supérieure à 0 et inférieure à 1 implique la contingence

|La probabilité non nulle (supérieure à 0) implique la possibilité.

|Par exemple, la probabilité que le porteur du maillot jaune au premier jour du tour de France à vélo soit le vainqueur de ce même tour de France est le rapport (la division) du nombre de fois où il l'a été sur l'addition du nombre de fois où il l'a été et du nombre de fois où il ne l'a pas été.

 

10580

[Pierre Bourdieu, 1998: "La domination masculine" (Minuit)] |Intituler l'introduction "Préambule": avant de marcher autour du cercle de l'encyclopédie.

 

10581

[Bozon , 1999; "", dans "La recherche en sciences sociales", 1999, p21 & p4-5] |Les personnes ayant une activité sexuelle (copulation ou masturbation) la cachent, la dissimulent à la totalité voire à la plupart des autres personnes car cela pourrait causer de l'envie (imitation du désir) ou du dégoût chez ces personnes, et aussi car cela pourrait gêner, déconcentrer, perturber leur activité sexuelle.

 

10582

|Un vêtement est une chose matérielle mise sur le corps pour l'adapter à l'environnement non social.

|Par exemple, une fourrure contre la froidure, une couverture sur un cheval pour qu'il n'ait pas froid, un casque contre les chocs,

|Un habit est une chose matérielle mise sur le corps à cause de l'environnement social.

|Par exemple, la cravate, les bijoux.

 

|Une mode est un modèle nouveau ou renouvelé et imité pour/à cause de sa nouveauté

|Une tradition est un modèle ancien imité pour/à cause de son ancienneté

 

|Un vêtement est une chose matérielle mise sur le corps à cause de l'environnement non (uniquement) social.

|Par exemple, une chaussure de course permet de courir plus vite, ce qui en fait un vêtement, même si c'est un environnement social qui les fait porter.

 

|Philosopher, c'est penser sur soi, sa vie, comment vivre, le monde, la société, les relations entre soi et le monde ou la société.

 

10584

|L'/Un étonnement est une émotion causée par la perception ou la compréhension de quelque chose de (très) inattendu ou (très) inhabituel.

|La/Une peur est une émotion causée par la croyance en ou l'imagination d'un risque, un danger, une douleur ou une insatisfaction imminents? ou futurs?

|La peur et l'étonnement sont assez proches, car quelque chose d'inhabituel peut sembler plus perturbant, plus déséquilibrant, donc plus dangereux.

[Robert Dantzer, 1988: "Les émotions" (PUF, collection "Que sais-je?") p25] "La peur est souvent confondue avec la surprise ou l'excitation".

[p. 27] "Il est intéressant de noter que les indigènes ont du mal à reconnaître la peur et la surprise et que, corrélativement, leur expression de peur est très souvent confondue avec la surprise par les étudiants américains."

 

10588

|La santé est le fait d'avoir toutes ses capacités vitales.

|La maladie est la diminution des capacités vitales (hormis la vieillesse?).

|Guérir, c'est ne plus avoir une maladie ou ne plus faire avoir une maladie.

 

|La/Une peur est une émotion causée par la croyance en ou l'imagination d'un risque, un danger, une douleur ou une insatisfaction imminents.

|La/Une angoisse est une émotion causée par la croyance en ou l'imagination d'un risque, un danger, une douleur ou une insatisfaction futurs.

|Une panique est une peur collective imitative.

 

|Se résigner, c'est ne plus essayer de ou renoncer à modifier quelque chose (qu'on désirait ou qu'on avait l'intention de modifier) car on croit que c'est impossible, trop difficile ou trop risqué de le faire.

 

|Le coma est maladif, le sommeil ne l'est pas.

 

|Le vieillissement accroît (fait augmenter) la probabilité d'avoir des maladies et de mourir (pour une même durée).

 

[Steven N. Austad, 1999: "Le pouvoir de la sélection naturelle", dans "La recherche", nº 322, juillet-août 1999, pp. 26-31] |La faible longévité des individus d'une espèces à cause de leur environnement fait qu'il n'y a guère d'adaptation nécessaire des individus de cette espèce à une vie longue et donc à un vieillissement lent. Par contre, la grande longévité des individus d'une espèce dans leur environnement fait que ceux qui sont adaptés à une vie longue, c'est-à-dire qui vieillissent lentement, peuvent générer plus d'individus ayant les mêmes gènes qu'eux; les autres individus de cette même espèce, étant moins adaptés à vivre longtemps, ont moins de temps pour générer, génèrent moins, et la proportion d'individus dans l'espèce ayant leurs gènes qui ne permettent pas de vivre aussi longtemps diminuera.

[p. 31] |Par exemple, les grands animaux vieillissent plus lentement que les petits car ils peuvent vivre plus longtemps parce qu'ils ont moins de prédateurs potentiels et ont de plus grandes réserves qui leur permettent de moins mourir de soif ou de faim.

|Les chauves-souris et les oiseaux qui volent vieillissent lentement car ils peuvent vivre plus longtemps, parce qu'ils peuvent plus facilement fuir les prédateurs terrestres et peuvent parcourir rapidement de longues distances lorsque, à cause d'une diminution d'eau ou de nourriture, leur environnement local se détériore; ils n'ont pas non plus à se préoccuper de l'inondation de leur terrier; ainsi les perroquets peuvent vivre jusqu'à une centaine d'années, les corbeaux peuvent vivre jusqu'à soixante-dix ans, des chauves-souris de la taille d'une souris peuvent vivre une trentaine d'années. Les oiseaux qui ne volent pas ou guère, tels les autruches, les pingouins, les cailles communes, les poules, les grouses, les dindes ou les faisans vieillissent plus vite que les oiseaux du même poids qui volent car ils vivent moins longtemps en moyenne.

 

|Le sommeil est une inconscience ou quasi-inconscience perceptive et une absence ou quasi-absence d'actes non maladives.

|Le coma est une une inconscience ou quasi-inconscience perceptive et une absence ou quasi-absence d'actes maladives.

|Le sommeil est chez un sujet l'inconscience ou quasi-inconscience perceptive (sans diminution ni annulation de ses capacités perceptives) et l'absence ou quasi-absence d'actes non maladives.

|Le coma est l'inconscience ou quasi-inconscience perceptive et l'absence ou quasi-absence d'actes maladives.

|S'évanouir, c'est commencer à dormir ou à être dans le coma sans que ce soit causé par l'ensommeillement.

|L'éveil est le fait pour un sujet de ne pas avoir son activité perceptive diminuée ou annulée (sauf diminution ou annulation de ses capacités perceptives).

 

10589

[Wagensberg Jorge, 1999: "De l'insupportable nécessité du vieillissement", dans "La recherche", nº 322, juillet-août 1999, p. 111] "[...] il convient [...] d'accroître la capacité à changer d'environnement (grâce à la mobilité, par exemple)".

|La mobilité accroît la possibilité pour un individu de changer d'environnement.

|Par exemple, les végétaux ne peuvent guère changer d'environnement contrairement aux animaux, surtout les gros et ceux qui volent.

 

10590

[Christian Delacampagne, 1999: " Daniel C. Dennett: l'âme et le corps? No problem!", dans "La recherche", nº 323, septembre 1999, pp. 102-104, p103] "[...] être conscient, ce n'est pas seulement se rappeler ce qui s'est passé, c'est se rappeler la façon dont notre esprit percevait les choses, y compris ses propres idées, et être capable de porter sur nos perceptions passées un regard rétrospectivement critique. Cette capacité est le signe distinctif, s'il en est un, de l'intelligence."

|Une réflexion est une conscience qu'on crée à partir de la relation d'autres consciences qu'on a ou qu'on a eues (par la remémoration).

|Par exemple, si une personne nous dit avoir été dans un supermarché la veille à 21h et qu'on se remémore qu'à cette heure le magasin est fermé ou qu'on se remémore avoir vu cette personne à un tout autre lieu à cette heure, c'est par réflexion qu'on imagine qu'elle a menti; par contre, on peut imaginer intuitivement qu'elle a menti, sans trop être conscient pourquoi, à cause des gestes qu'on voit et qui sont inhabituels (par exemple se frotter le bout du nez), mais nous serions incapables de dire que ce sont ces gestes que nous voyons qui nous font imaginer que l'autre personne ment.

 

|Apprendre, c'est avoir une connaissance nouvelle.

 

|Créer, c'est faire exister quelque chose de nouveau.

 

|Une intuition est une conscience qu'on a sans relation consciente avec d'autres consciences qu'on a ou qu'on a eues.

|Une réflexion est une conscience qu'on à cause de la relation consciente avec d'autres consciences qu'on a ou qu'on a eues (par la remémoration).

 

|Supprimer le chapitre 7 "Intuition et réflexion" par l'intégration dans le chapitre 5 "Conscience, sujet, corps et psychisme".

 

Quelle différence entre réflexion et inférence?

 

10591

Inférer, c'est faire une assertion à cause d'au moins une autre représentation ou présentation.

Inférer, c'est faire une assertion à cause de la conscience d'au moins une autre représentation ou présentation.

 

10593

Un nom-propre est le nom d'une chose unique.

Un nom-propre est le nom de quelque chose d'aconceptuel.

|Un nom-propre est le nom de quelque chose de non conceptualisable.

|Par exemple, on peut avoir un concept de continent, mais on ne peut pas avoir de concept d'Afrique. On peut avoir un concept de chien, mais pas un concept de Médor ou Rex: n'importe quel chien mâle peut être appelé "Rex" ou "Médor", et on peut appeler "Rex" ou "Médor" autre chose qu'un chien mâle; si "Renart" était le nom-propre d'un goupil dans une fiction, c'est devenu un nom-commun français lorsque tous les goupils et rien que les goupils ont été appelés "renards".

|Un nom-commun est le nom de quelque chose de conceptualisable.

Pas rien que les goupils, car des personnes peuvent avoir comme nom-propre "Renard" et des personnes peuvent aussi être non littéralement (métaphoriquement) appelées "renards".

 

|Un ensemble est une chose faite de toutes certaines choses.

|Un ensemble est une chose faite de la totalité de certaines choses.

|Par exemple, l'ensemble des pommes rouges est fait de toutes les pommes qui toutes sont rouges.

Un élément est une chose faisant un ensemble

Un élément est une chose dans un ensemble.

Les choses d'un ensemble ont-elles nécessairement au moins quelque chose en commun?

|Par exemple, il ne peut pas y avoir un ensemble des crayons rouges et des clés métalliques, mais il peut y avoir un ensemble des choses étant dans tel tiroir (dont des crayons rouges et des clés métalliques).

|Un élément est une chose ayant en commun ce qui en fait faire une chose dans un ensemble.

 

 

10597

L'imminence est le futur très proche.

 

10603

|Le bonheur est l'amour de sa vie.

|Le malheur est la haine de sa vie.

Le bonheur est l'amour de son existence.

Le malheur est la haine de son existence.

Plutôt de sa vie.

De sa vie présente?

 

10605

|                    Programme politique

|        L'Etat

|L'Etat doit avoir pour but d'assurer un seuil de niveau de vie le plus élevé possible pour tous les sujets.

|Il doit légitimement et il devrait légalement protéger les sujets face à la maladie, la violence, le viol, la faim, la soif, la misère, le froid, le vol, l'escroquerie, l'injustice, l'ignorance.

|L'Etat doit laisser libre la création de firmes et la faciliter d'autant plus qu'elles sont petites et qu'elles l'aident à réaliser ses buts.

|L'Etat doit réaliser par lui-même ses buts qu'aucune firme présente ne réalise déjà elle-même.

 

|        Taxes

|Tout profit financier doit être taxé.

|Le profit financier des firmes est proportionnel au profit par personne pondéré par sa quantité de travail (par exemple, une personne travaillant à mi-temps est comptée comme une demi-personne). Par conséquent, une firme qui réaliserait le même profit financier avec moins d'employés (en en débauchant par exemple) sera plus taxée.

|L'Etat doit sous-taxer voire détaxer tout profit financier qui l'aide à réaliser ses buts: les aliments sains, les médicaments à proportion de leur efficacité, l'épuration des eaux, le recyclage des matières, les systèmes de sécurité (serrures, antivols, airbags, ceintures de sécurité, freins), les activités et produits éducatifs, instructifs, artistiques, scientifiques et culturels.

|L'Etat doit surtaxer voire interdire dans certains cas tout ce qui i 'empêche de réaliser ses buts: aliments malsains, armes, produits polluants, drogues (alcool, tabac, cannabis) à proportion de leur nocivité personnelle et sociale et afin de financer la propagande contre leur consommation.

|Il doit y avoir une taxe sur la richesse des collectivités pour une redistribution vers les autres collectivités (la taxe sur les communes doit être redistribuée vers les communes les plus pauvres, la taxe sur la richesse des États doit être redistribuée vers les États les plus pauvres, et de même pour les départements, les régions etc..).

 

|        Transports

|Dans les transports, l'État doit prioritairement assurer le maximum (possible) de sécurité.

|La construction et l'entretien des routes doivent être financés par une surtaxe sur les carburants.

|L'accès aux routes plus sûres, telles les autoroutes, doit être gratuit (comme en Grande-Bretagne par exemple).

|Chaque fois que c'est possible, l'État doit par efficacité empêcher plutôt qu'interdire (par exemple, il devrait empêcher les véhicules d'aller à plus de 130 km/h plutôt que d'interdire aux conducteurs d'aller à plus de 130 km/h).

 

10606

Un devoir est une nécessité relative au bien.

 

|Un jugement est une inférence.

 

10607

|Un accord est le fait d'avoir une même croyance, un même désir, une même intention ou une même volonté.

|Un désaccord est le fait d'avoir une croyance, un désir, une intention ou une volonté contraire.

|Un désaccord n'est pas le fait de ne pas avoir une même croyance, un même désir, une même intention ou une même volonté, car cela impliquerait qu'on serait en désaccord même si on n'avait aucune croyance, désir, intention ou volonté.

|Par exemple, si une personne croit que l'orbite des astres est elliptique, une autre personne qui ne croit ni que l'orbite des astres est elliptique, ni que l'orbite des astres n'est pas elliptique n'est ni d'accord ni en désaccord avec elle.

 

|Le bien est le fait pour un acte (ou une intention ou un désir (ou une croyance?)) de pouvoir causer chez d'autres sujets plus de plaisir, de satisfaction ou moins de douleur, d'insatisfaction.

|Le mal est le fait pour un acte (ou une intention ou un désir (ou une croyance?)) de pouvoir causer chez d'autres sujets plus de douleur, d'insatisfaction ou moins de plaisir, de satisfaction.

|Une croyance peut être mauvaise: par exemple croire qu'il y ait des races humaines (globalement) inférieures, ou pour un professeur ou un parent croire qu'un enfant est un imbécile qui ne progressera que fort peu, ce qui déjà peut entraver ses progrès.

|Le bien est le fait pour un acte, une intention, un désir ou une croyance de pouvoir causer chez d'autres sujets plus de satisfaction ou de plaisir ou moins d'insatisfaction ou de douleur.

|Le mal est le fait pour un acte, une intention, un désir ou une croyance de pouvoir causer chez d'autres sujets plus d'insatisfaction ou de douleur ou moins de satisfaction ou de plaisir.

|Par exemple, il est bien de pardonner, de remercier, d'être poli, d'être gentil, d'être altruiste, de rendre heureux.

|Par exemple, il est mal d'être rancunier, de se venger, d'assassiner, d'envier, d'être jaloux, d'être méchant, de rendre malheureux.

|Quelque chose de bien en soi/absolument peut être mal relativement à ses effets et inversement.

|Par exemple, s'il est mal d'assassiner, il aurait été bien d'assassiner Adolf Hitler lorsqu'on savait qu'il allait causer beaucoup plus de mal en restant vivant.

|Par exemple, s'il est mal de faire souffrir, il peut être bien pour un chirurgien de faire à un malade une opération qui le fera souffrir mais qui le guérira.

 

|L'/Une éthique est la/une façon d'être ou de devenir heureux ou plus heureux.

 

|La/Une morale est la/une façon de faire plus de bien et moins de mal.

 

10608

Marcel Proust a écrit qu'on reconnaît un grand écrivain à ce qu'on a l'impression qu'il écrit dans une langue étrangère... Merci!

 

["Ça m'intéresse" nº 223, p3] |Un exemple de culture: afin de manger des fourmis, les chimpanzés de Tanzanie plongent une longue baguette dans la fourmilière, la ressortent, l'essuient avec leur autre main et enfournent d'une seule lampée environ trois cents insectes; alors que les chimpanzés de Côte-d'Ivoire mordillent les fourmis accrochées au branchage.

 

[Borch-Jacobsen Mikkel, 1999: "Neurotica", dans "Le débat", nº 106, septembre-octobre 1999, pp. 121-141 (Gallimard)] Dans le trio adulte accusé d'agression sexuelle (parent, nurse ou autre), patient (enfant ou ex-enfant), et psychothérapeute ou psychanalyste, chacune des trois thèses exclut les deux autres: pour Masson et divers féministes, l'adulte est un agresseur réel, et le psychanalyste un complice; pour le psychanalyste freudien, l'enfant est un affabulateur "pervers polymorphe", et pour Mikkel Borch-Jacobsen, le psychanalyste est un suggestionneur qui n'attend du patient qu'un seul récit déjà dans son esprit; pour ma part, je crois qu'il y a les trois selon les cas: l'abus sexuel réel d'abord, l'imagination du psychothérapeute ensuite (qui imite divers cas réels), puis l'imagination de l'enfant enfin (qui imite ce qu'on lui raconte).

 

La désignation est ce qui est (re)présenté d'une chose dans un signe ou une partie de signe.

|Un référent est une chose (re)présentée par un signe ou une partie de signe.

|Par exemple, "l'étoile du matin" et "l'étoile du soir" n'ont pas la même désignation: "l'étoile du matin" désigne l'astre que l'on voit en dernier (hormis le Soleil et la Lune) au début du jour depuis la Terre, et "l'étoile du soir" désigne l'astre que l'on voit en premier (hormis le Soleil et la Lune) à fin du jour depuis la Terre, mais les deux réfèrent au même astre, qu'on le sache ou non: la planète Vénus.

|Par exemple, "Henri Beyle" et "Stendhal" réfèrent au même homme, mais "Henri Beyle" désigne l'enfant puis l'homme tel qu'il a été nommé socialement, tandis que "Stendhal", le pseudonyme qu'il s'est choisi, désigne l'écrivain qu'il est devenu.

|La désignation est ce qui est (re)présenté d'une chose ou la façon dont une chose est représentée dans un signe ou une partie de signe.

|Par exemple, "Qu'est-ce qu'elle fait là, cette sale bête?" et "Qu'est-ce qu'il fait là, le minou?" peuvent référer au même chat, mais le désignent différemment: dans le premier cas, dans une relation plutôt haineuse de la part de l'énonciateur, dans le second dans une relation plutôt aimante de la part de l'énonciateur.

 

10609

[Houdé Olivier, Kayser Daniel, Koenig Olivier, Proust Joëlle et Rastier François, 1998: "Vocabulaire de sciences cognitives" (PUF), p43 Olivier Houdé] "L'apprentissage est une modification de la capacité à réaliser une tâche sous l'effet d'une interaction avec l'environnement."

Apprendre, c'est avoir une connaissance nouvelle ou une capacité nouvelle à faire quelque chose.

|Une connaissance ou savoir est [la conscience ou la remémorabilité (ou inférabilité?) de quelque chose de réel avec la conscience ou la remémorabilité d'être conscient de ou d'avoir mémorisé quelque chose de réel], ou c'est une capacité à faire quelque chose.

|Apprendre, c'est avoir une connaissance ou un savoir nouveau en partie causé par des perceptions.

|Par exemple, la capacité à sauter plus haut causée par la maturation du corps n'est pas un apprentissage, alors que la capacité à sauter plus haut par l'observation et l'imitation de la technique de Dick Fosbury est un apprentissage.

 

Une capacité est la possibilité pour un sujet de faire quelque chose en tant que sujet.

|Par exemple, la possibilité que j'ai d'être renversé et de tomber n'est pas une capacité, car c'est une possibilité que j'ai en tant que chose matérielle (comme un plot ou une chaise), mais la possibilité que j'ai de me relever est une capacité.

|Une capacité est la possibilité pour un sujet de faire quelque chose en tant que (ou parce que) sujet.

 

|Un jardin est un espace, une surface, un lieu artificiel de végétaux dans un habitat de personnes.

|Une ville est un espace, une surface, un lieu artificiel où il y a une forte concentration d'habitats artificiels de personnes.

|Une campagne est un espace, une surface, un lieu artificiel où il y a de très grandes étendues d'agriculture ou d'élevage.

 

|Une capacité est la possibilité de faire quelque chose en tant que sujet (ou parce qu'on est un sujet).

 

10610

|La dénotation est la partie de la désignation qui permet de référer.

|La connotation est la partie de la désignation qui représente une relation du sujet qui fait un signe à ce à quoi il réfère.

|Par exemple, "chat" et "minou" ont la même dénotation mais pas la même connotation; "toutou" et "minou" ont la même connotation (une relation plutôt aimante de la part de l'énonciateur) mais pas la même dénotation.

 

|Par exemple, si la plupart des bébés imitent la protrusion de la langue d'adultes qu'ils voient en face d'eux alors qu'ils ne voient pas leur propre langue mais la perçoivent proprioceptivement, les bébés autistes ne le font pas car ils n'assimilent pas la protrusion de la langue de l'adulte à la protrusion de leur langue.

[Témoignage de Ghislaine Bosquet] |Un adulte montre à un enfant autiste de trois ans (Rosy Maricot) un jeu, puis lui tend le jouet; l'autiste, au lieu de prendre le jouet pour imiter le jeu, prend la main de l'adulte pour faire le jeu avec la main de l'adulte, car il n'assimile pas sa main à celle de l'adulte.

 

|Une incapacité est l'impossibilité pour un sujet de faire quelque chose en tant que sujet.

|Par exemple, la possibilité que j'ai d'être renversé et de tomber (inintentionnellement) n'est pas une capacité, car c'est une possibilité que j'ai en tant que chose matérielle (comme un plot ou une chaise), mais la possibilité que j'ai de me relever (intentionnellement) est une capacité.

 

|Un soulagement est une satisfaction causée par la certitude de l'irréalisation d'une crainte.

|Une déception est une insatisfaction causée par la certitude de l'irréalisation d'un espoir.

 

10611

|Un ensemble est une chose faite de toutes certaines choses (la totalité de certaines choses) ayant au moins quelque chose d'identique (ou en commun).

|Un élément est une chose ayant d'identique (ou en commun) ce qui en fait faire une chose dans un ensemble.

|La communauté est le fait d'avoir la même chose.

 

|Si une chose n'existe plus puis est refaite avec les mêmes choses (éléments) qui la faisaient, c'est la même chose.

|Par exemple, si je démonte un manège et que je le reconstruis (ici ou ailleurs) avec les mêmes pièces, c'est le même manège.

Si je change une après l'autre toutes les anciennes pièces d'un bateau par de nouvelles, cela reste le même bateau; si avec toutes les mêmes anciennes pièces, je construis un bateau, c'est un autre bateau, peut-être moins différent du premier bateau tel qu'il était auparavant que celui-ci ne l'est maintenant.

|Si une chose est peu à peu faite avec d'autres choses que celles qui qui la faisaient, cela reste la même chose.

|Si une chose est faite avec des choses qui faisaient autre chose, c'est une autre chose que cette autre chose (et la même chose que cette chose).

|Par exemple, si je change l'une après l'autre toutes les anciennes pièces d'un bateau par des nouvelles, cela reste le même bateau.

|Par exemple, si avec toutes les mêmes anciennes pièces d'un premier bateau, je construis un deuxième bateau, c'est un autre bateau (même s'il est peut-être plus identique au premier bateau tel qu'il était auparavant que celui-ci ne l'est maintenant).

 

10613

Un devoir est une nécessité de faire quelque chose relativement au bien ou à un bien.

Un devoir est pour un sujet la nécessité de faire (intentionnellement) quelque chose pour un bien.

 

10617

|L'interdépendance est la dépendance réciproque.

 

 

|Le mérite est ce qu'on devrait avoir (à cause de ses actes?).

 

10618

|L'intelligence est la capacité de...

|L'imbécillité est l'incapacité à...

|Des (enfants) daltoniens qui ne comprennent pas un problème basé sur la distinction des couleurs ne sont pas nécessairement moins intelligents que les autres, car ce n'est pas leur capacité de comprendre qui est moindre, mais leur capacité perceptive de distinction des couleurs.

 

|La nostalgie est l'insatisfaction causée par la remémoration de quelque chose qu'on croit impossible d'exister encore réellement.

|La nostalgie est l'insatisfaction causée par la croyance que quelque chose qu'on se remémore puisse encore exister réellement.

 

|Le bien est le fait pour un acte, une intention, un désir ou une croyance de pouvoir causer chez l'ensemble des sujets plus de satisfaction ou de plaisir ou moins d'insatisfaction ou de douleur.

|Le mal est le fait pour un acte, une intention, un désir ou une croyance de pouvoir causer chez l'ensemble des sujets plus d'insatisfaction ou de douleur ou moins de satisfaction ou de plaisir.

 

|Un hasard est le fait pour un événement d'être causé par des événements non reliés causalement entre eux.

|Le hasard est le fait pour un événement d'être causé par des événements (causalement) indépendants.

|Par exemple, si une personne va au cinéma et que juste au moment où elle passe près d'une maison et qu'à ce moment une rafale de vent fasse tomber une tuile du toit sur sa tête, son passage n'a pas causé la chute de la tuile et la chute de la tuile n'a pas causé son passage: la tuile lui tombe par hasard sur la tête; même si c'est son passage qui cause (par les vibrations de ses pas) la chute de la tuile, c'est par hasard qu'elle tombe sur sa tête car elle serait tombée sur la tête du premier passant, quel qu'il soit; si la tuile avait été intentionnellement poussée par une autre personne qui aurait voulu l'assassiner, la chute sur sa tête n'aurait pas été hasardeuse, mais causée intentionnellement.

 

10623

|L'indignation est l'insatisfaction causée par la croyance en une injustice.

 

|Un scrupule est une motivation à ne pas faire quelque chose intentionnellement à cause de la souffrance ou de l'insatisfaction que l'on croit que cela pourrait causer chez un autre sujet.

 

10624

|La présence est l'existence réelle de quelque chose dans un espace-temps.

|L'absence est l'inexistence réelle de quelque chose dans un espace-temps.

 

|Une unanimité est un accord entre une totalité de sujets.

 

|Un vide est un espace sans matière.

 

10626

|Une répugnance est un fort dégoût.

 

10633

|Une puanteur est une odeur dégoûtante.

 

10634-10639

|L'autisme est une incapacité.

 

10649

|La liberté et le libre-arbitre sont des capacités.

 

|Un caprice est une intention de faire faire quelque chose par une autre personne pour tester le pouvoir qu'on a sur elle, l'importance qu'on a pour elle, ou les sentiments qu'elle a envers nous.

 

10650

|Un gène est une partie d'un individu, fait par les individus qui l'ont généré, et qui le fait le plus souvent identique à et parfois différent de ceux qui l'ont généré.

 

|Dans un acte, la réalisation de l'intention fait partie de l'acte, alors que dans la perception, la réalité perçue ne fait pas partie de la perception mais y est nécessaire.

|Par exemple, le lever d'un bras fait partie de l'acte de lever un bras, alors qu'il ne fait pas partie de la vision du lever d'un bras, mais est nécessaire pour qu'il y ait vision du lever d'un bras.

 

|Le génome est l'ensemble des gènes d'un individu.

 

10651

|Système philosophique encyclopédique plutôt qu'encyclopédie philosophique systémique.

 

|L'ennui est l'insatisfaction causée par le fait de ne pas faire quelque chose de satisfaisant ou qu'on désire faire.

 

10655

|Un talent est une capacité à faire quelque chose plus facilement que la plupart des autres sujets (de la même espèce, de la même collectivité).

 

10658

|Une illusion est une imagination de quelque chose d'irréel, causée par une perception et dont on peut croire que c'est une perception.

[Jacques Ninio, 1998: "La science des illusions" (Odile Jacob) p48] |Par exemple, en voyant le dessin de Fraser, on a l'illusion de voir une spirale alors que les cercles sont concentriques.

[p. 49] |Par exemple, le nombre limité des récepteurs tactiles sous la peau peut faire croire que deux piqûres simultanées très proches ne sont qu'une seule piqûre.

 

10659

|"Le néant" est une représentation du néant, et donc le néant existe en représentation, en tant qu'ensemble; mais il n'a aucun élément réel ou représentable, même si "élément du néant" est déjà une représentation d'un élément du néant; "le néant" est une représentation limite du néant, voire est la limite de la représentation ou de la représentabilité.

|Le néant, en tant que réalité, et "le néant", en tant que représentation, font partie du monde, sont des éléments du monde.

 

10660

|Par exemple, 1 mile, 1609 mètres et 1,609 kilomètre, c'est la même quantité: 1 mile = 1609 mètres = 1,609 kilomètre.

|La quantité de lait dépendant d'un nombre de molécules de lait, la quantité de lait ne sera pas précisément continue (mais est-ce que la dilatation et la contraction du lait selon la température rend la quantité continue?).

|On peut manger un quart de melon, donc un quart (1/4) est un nombre, mais on ne mange pas exactement un quart du melon.

 

|La capacité d'avoir des concepts nécessite d'avoir la capacité d'assimiler.

 

|Il n'y a pas de concept d'Afrique, car même si l'Afrique est un ensemble de pays, ce n'est pas que cela et ce n'est pas nécessairement cela.

 

|La capacité d'avoir des concepts nécessite d'avoir la capacité d'assimiler et de reconnaître.

|La récognition est l'assimilation comme même chose (et non pas comme chose identique) de quelque chose de perçu avec quelque chose de remémoré.

|Par exemple, si je vois quelque chose de vert, y reconnaître ma voiture, c'est me remémorer ma voiture à cause de cette vision et assimiler cette chose verte comme étant la même chose que ma voiture.

 

|Si on est déçu par le peu de satisfaction causé par la certitude de la réalisation d'un désir, c'est parce qu'on désirait fortement cette chose et qu'on en attendait, on en espérait une forte satisfaction.

 

|Un devoir est pour un sujet la nécessité de faire (intentionnellement) quelque chose pour réaliser un bien.

 

|Si le nombre moyen d'enfants par femme est de 1,77, 1,77 est un nombre.

 

10661

[René Daval, 1997: "Moore et la philosophie analytique" (PUF) p. 110] |Par exemple, si je regarde longtemps et fixement une tache blanche sur une surface noire, puis que je regarde une surface blanche, de par la persistance rétinienne j'ai durant un bref temps une post-présentation d'une tâche grise de la même forme, présentée comme étant devant mes yeux sur cette surface blanche, alors qu'il n'y a aucune tache réelle devant mes yeux: cette tache est donc hallucinée.

 

|Par exemple, soit deux chaises identiques, ces deux chaises sont deux occurrences d'un même type de chaise.

|Par exemple, soit deux chaises différentes, elles ne sont pas du même type, mais elles peuvent être fabriquées avec le même type de bois: pas avec les mêmes planches, mais à partir de la même espèce d'arbre; si elles étaient fabriquées avec la même occurrence de bois, cela consisterait à fabriquer la seconde avec les mêmes planches que la première.

 

Les douleurs, les sensations, la conscience sont concrètes.

 

10662

|Mettre concrétion et abstraction dans le chapitre "Espace et temps" qui devient "Concrétion, abstraction, espace et temps".

 

10663

[Heinich Nathalie, 1999 "L'épreuve de la grandeur (Prix littéraires et reconnaissance)" (La Découverte) p. 203] "[...] l'admiration, cette forme particulière d'amour ou l'on aime un être pour ses mérites (contrairement à l'"agape") et sans attente de réciprocité (contrairement au désir)."

|L'admiration est l'amour d'une autre personne pour ses actes (ou pour ce qu'on croit être ses actes).

|Le mépris est la haine d'une autre personne pour ses actes (ou pour ce qu'on croit être ses actes).

 

[p. 209] Avec l'augmentation des identités, l'assimilation entre soi et d'autres personnes augmente, et la conscience du peu de différences augmente et semble insupportable, inexplicable, d'où l'envie.

 

[p. 215] L'envie implique-t-elle le désir que l'autre ne l'ait plus? Je ne crois pas.

|Par exemple, si j'envie un voisin qui a une voiture BMW, je serais satisfait d'avoir aussi une voiture BMW; mais si je l'envie d'avoir la plus chère voiture du quartier, je ne serais satisfait que si c'est moi qui ai la plus chère et non plus lui.

|L'envie n'implique pas le désir que la personne enviée n'ait plus, ne soit plus ou ne fasse plus ce pour quoi on l'envie.

 

[p215] |Le vandalisme est la destruction intentionnelle de choses parce qu'on envie d'autres personnes de les avoir, et qui cause en nous de la rancune.

|Le vandalisme est une vengeance.

|Vandaliser, c'est se venger en essayant de détruire des choses qu'ont d'autres personnes qu'on envie.

 

|Une même chose peut être imitée différemment (diversement).

|Par exemple, si je me gratte la tête, une autre personne peut m'imiter en se grattant la tête ou en me grattant la tête: dans le premier cas, elle a imité le fait de se gratter la tête, et dans le second, elle a imité le fait de gratter ma tête.

|Pour un autiste, il est bien plus difficile de faire une imitation "parallèle" que de faire une imitation "convergente", car pour faire une imitation "parallèle" telle se gratter la tête, il faut assimiler sa tête à celle du modèle; mais dans les deux cas il faut au préalable être capable d'assimiler sa main avec celle du modèle.

 

|La diversité est le fait d'y avoir plusieurs choses différentes.

|La diversité est le fait d'y avoir plusieurs types de choses.

|Par exemple, dans une usine ou fabrique des voitures identiques (plusieurs types de voitures), on fabrique diverses voitures; et dans une usine ou on ne fabrique que des voitures identiques (un unique type de voiture), on ne fabrique pas diverses voitures.

 

|La sécurité ou sûreté est le fait d'être peu risqué ou peu dangereux.

|La sécurité ou sûreté est le fait de ne pas être risqué ou dangereux.

 

|La prudence est l'intention ou l'essai d'éviter le danger.

|L'imprudence est l'absence d'intention d'éviter le danger.

 

|L'imminence est le fait pour un événement d'advenir très peu de temps après un certain instant.

 

On peut mépriser une personne qu'on envie.

 

|L'émulation est le désir d'imiter un sujet afin d'être, d'avoir ou de faire la même chose que lui ou plus que lui.

 

|Le passé et le futur n'existent (présentement) qu'en représentation.

 

|Vandaliser, c'est se venger en défaisant des choses qu'ont ou que font d'autres personnes qu'on envie.

 

10665

["Sciences humaines" nº 87, octobre 1998 p. 7] "Reçu avec tous les égards possibles par les Hawaïens le 17 janvier 1779, l'explorateur James Cook fut brutalement tué par ses hôtes le 14 février suivant. L'anthropologue de Chicago, Marshall Sahlins, a expliqué cette étrange histoire en commentant le fait que les Hawaïens avaient identifié Cook à une divinité de leur panthéon vouée à une mort saisonnière. Mais cette lecture est, selon G. Obeyesekere, une insulte au bon sens des Hawaïens qui, pas plus qu'un Européen, ne sauraient confondre un homme avec un dieu."

Un dieu peut être un humain, ou un autre animal. Selon un grand nombre d'Européens, Jésus Christ était un homme et un dieu.

 

[p7-8] "Peut-on expliquer les problèmes des enfants autistes par un trouble de la perception visuelle? C'est en tout cas l'hypothèse originale de Laurent Mottron et Sylvie Belleville, chercheurs à l'université de Montréal." Mais s'il y a une "difficulté de capter leur regard", et s'"ils reconnaissent moins bien les visages que des personnes normales", c'est parce qu'ils sont incapables d'assimiler leur visage et leur regard à ceux des autres personnes.

[p8] "Le dernier argument en faveur d'un déficit de perception visuelle dans l'autisme concerne les régions cérébrales atteintes chez de nombreux autistes. les zones temporo-occipitales sont souvent touchées. Lorsque ces mêmes régions sont lésées chez des personnes non autistes, on retrouve les mêmes types de problèmes de perception visuelle." Si on retrouve les mêmes types de problèmes de perception visuelle chez des personnes non autistes, cela prouve que que ceux-ci n'expliquent pas l'autisme mais en sont plutôt des effets.

 

[p. 9-10] |"Pour décrire le groupe politique dont ils se sentent proches et le groupe politique adverse, les gens de droite utilisent plutôt des caractéristiques psychologiques, et les gens de gauche des caractéristiques sociologiques." Ceci est en corrélation avec le fait que les personnes qui échouent internalisent les causes de leur réussite ("J'ai réussi parce que je n'ai jamais baissé les bras.", "Quand on veut, on peut."et que les personnes qui échouent externalisent leur échec ("On ne prête qu'aux riches.").

 

|Il y a une partie du psychisme qui est hors de la conscience et qui modifie la conscience.

[p. 21] |Par exemple, le psychologue Morris Eagle a montré à des personnes l'image d'un jeune garçon à l'attitude neutre et leur demandait s'il leur était agréable ou non. Il leur avait préalablement projeté pendant un trop bref temps pour qu'ils puissent le voir soit l'image d'un jeune garçon offrant gentiment un gâteau à une autre, soit une image où il le jette à sa figure. L'image projetée avait de l'influence bien qu'aucune personne n'en ait eu conscience, puisque dans le second cas, le jugement était moins favorable que dans le premier cas.

["Sciences humaines" nº 95, juin 1999 p. 21] |Par exemple, on montre à des personnes amnésiques la phrase "Le tas de foin fut très utile étant donné que la toile s'était déchirée." avec le mot clé "parachute"; puis, une semaine après, on leur remontre la même phrase seule, qu'ils affirment n'avoir jamais lu cette phrase, mais ils trouvent aussitôt le mot clé.

 

[p. 28] |"[...] le patient croit à certains moments que ses pensées et ses actions lui sont imposées par une force extérieure; il ressent parfois l'impression que ses pensées sont accessibles à autrui; il souffre du sentiment que tout le monde s'intéresse à qui et attend certaines actions de lui; enfin, il a un sentiment excessif de contrôle, croyant faussement pouvoir provoquer divers événements extérieurs. [...] les troubles de ces patients évoquent une difficulté à distinguer une action voulue et exécutée par soi d'une action voulue et effectuée par quelqu'un d'autre."

|La schizophrénie serait une confusion entre soi et d'autres personnes, voire entre soi et son environnement, causée par les identités imitatives.

La schizophrénie serait quasiment l'opposé de l'autisme.

[p29] "Imaginez maintenant qu'un trouble cognitif l'empêche de gérer toutes ces informations différentes en même temps, de les organiser, et de se concentrer sur l'une ou l'autre. Ou que des troubles de la mémoire ne le rendent pas capable de retenir toutes les sensations corporelles successives provoquées par ses mouvements. A ce moment, le joueur de tennis serait comme un patient schizophrène: il pourrait se tromper sur l'origine de ses pensées."

Il serait comme un schizophrène mais je ne crois pas qu'il le serait, comme ce patient d'Oliver Sacks qui croyait avoir toujours vingt-quatre ans et oubliait tout ce qui lui advenait depuis, d'où son étonnement de se voir si vieux dans un miroir, ce qu'il oubliait peu après, tout comme le lieu où il se trouvait.

 

10666

|Par exemple, les personnes héminégligentes ne perçoivent pas dans une partie de l'espace, généralement la moitié gauche, à cause d'une lésion cérébrale de l'hémisphère droit, et elles n'en sont pas conscientes, ce qui fait qu'elles ne liront que la partie droite d'une phrase, contrairement aux personnes hémianopsiques qui tourneront la tête pour voir toute la phrase; on montre deux dessins d'une même maison à une personne héminégligente, mais avec des flammes sur la partie gauche de l'un des dessins; la personne héminégligente affirme que les deux dessins sont identiques, mais lorsqu'on lui demande dans laquelle des deux maisons elle préférerait vivre, elle choisit la maison qui ne brûle pas.

 

|Ce qui fait être certain qu'une certitude est une connaissance, c'est qu'il faudrait modifier beaucoup d'autres certitudes dont on certain que ce sont des connaissances pour croire que cette (première) certitude ne représentait pas la réalité et n'était donc pas une connaissance.

 

10668

|Le profit et le coût sont des causes numériques ou quantitatives de satisfaction ou d'insatisfaction.

|Par exemple, il peut y avoir un coût ou un profit temporels ou financiers.

 

10670

[Devise Shadock sur une carte postale] "Pour faire le moins de mécontents possible, il faut toujours taper sur les mêmes."

 

10672

|Un talent est une capacité supérieure à faire quelque chose.

 

10673

[Jean Maisonneuve, 1948, 1993: "Les sentiments" (PUF) p99] |Une inquiétude est le désir de savoir la réalité sur quelque chose qu'on craint, ou l'insatisfaction de ne pas la savoir.

|Par exemple, je peux être inquiet du retour d'un ami ou du résultat d'un examen.

 

10675

[Joëlle Proust, 1997: "Comment l'esprit vient aux bêtes (Essai sur la représentation)" (Gallimard) p133-136] |Par exemple, un cœur a pour fonction de faire circuler le sang si ses contractions permettent au sang qui le traverse de circuler, et si ce cœur existe du fait que les contractions de cœurs antérieurs a permis de faire circuler le sang des animaux qui les avaient.

|Par exemple, un outil est un perçoir si la percussion punctiforme réalisée par l'outil a pour effet de percer des matériaux et si cet outil existe parce que la percussion punctiforme permet de percer des matériaux.

|Une fonction est le fait pour une chose de faire/causer quelque chose, et le fait que cette chose existe parce que les ou des choses du même type permettent ou ont permis de faire la même chose.

|Par exemple, les petits poissons carapus vivent la nuit dans l'organe respiratoire des holothuries, qu'ils quittent la nuit pour chercher de la nourriture: c'est l'inquilinisme; leur peau dépigmentée les rend intolérants à la lumière; mais la fonction de l'inquilinisme n'est pas de les protéger de la lumière, mais de les protéger des prédateurs, la dépigmentation ayant été un effet et non une cause de l'inquilinisme.

|le fait que le cœur fasse des bruits n'est pas une des fonctions du cœur, même si l'inspection de ces bruits permet de diagnostiquer des maladies cardiaques

[p. 125] |Par exemple, si on utilise un téléphone qui ne fonctionne plus dans le but de retenir des feuilles par sa masse, il est utilisé comme un presse-papiers mais sans en avoir la fonction.

|Par exemple, un cœur a pour fonction de faire circuler le sang car ses contractions permettent au sang qui le traverse de circuler, et car ce cœur existe du fait que les contractions de cœurs antérieurs ont permis de faire circuler le sang des animaux qui les avaient; par contre, le fait que le cœur fasse des bruits n'est pas une des fonctions du cœur, même si l'inspection de ces bruits permet de diagnostiquer des maladies cardiaques, car ce n'est pas cet effet de l'activité des cœurs qui a causé leur existence au fil des générations.

|Le fonctionnement est la façon dont une chose réalise sa fonction.

|Par exemple, un moteur à deux temps et un moteur à quatre temps ont la même fonction sans avoir le même fonctionnement.

 

10679

Selon le définition de Wright et Ruth Millikan, une chose unique ou la première de la lignée n'a pas de fonction (un prototype par exemple).

 

[p. 216-217] |Une chose peut avoir une fonction même si elle ne peut pas la réaliser.

|Par exemple, un cœur malformé a pour fonction de faire circuler le sang, même s'il ne peut pas le faire; un sperme sans effet génératif ou pour fonction de féconder l'ovule.

 

|Une fonction est ce que fait/cause une entité, tel que cette entité existe réellement parce que les ou des entités du même type permettent ou ont permis de faire la même chose.

|le fait pour une entité (qui est la reproduction d'une autre entité) que ce dont il est la reproduction peut faire/causer quelque chose, et le fait que cette entité existe parce que les ou des entités du même type permettent ou ont permis de faire la même chose

|quelque entité est la reproduction d'une autre entité

cette autre entité a fait/causé quelque chose grâce à ce qui est reproduit dans la première

et cette première entité existe réellement parce que cette autre entité a fait causé quelque chose.

|Une fonction est pour une entité ce que fait/cause ce dont elle est la reproduction, tel que cette entité existe réellement parce que ce dont elle est la reproduction a fait/causé la même chose (, et tel que ce dont elle est la reproduction a fait/causé cette même chose grâce à ce qui en est reproduit en elle?).

 

|Une entité est une chose sans relation, en tant qu'elle est sans relation, ou en tant qu'elle n'est pas une relation.

|Par exemple, un homme est une entité, un frère est une entité en tant que c'est un homme, mais pas en tant que frère.

 

|Une chose peut avoir une fonction même si elle ne peut pas la réaliser, mais elle ne peut pas avoir cette fonction si aucune chose du même type n'a jamais réalisé cette fonction.

 

10682

|Si A a l'intention de dîner avec B et B a l'intention de dîner avec A, ils ont la même intention de dîner ensemble et sont donc d'accord pour dîner ensemble.

|Si A a l'intention de tuer B et B a l'intention de tuer A, ils ont tous les deux l'intention de tuer l'autre mais ce n'est pas la même intention, c'est-à-dire l'intention de tuer la même personne: ils sont donc en désaccord.

 

10685

|Une fonction et ce qui a causé ou cause l'existence (réelle) de quelque chose et lui permet faire vivre un individu ou un ensemble d'individus, ou de réaliser un but.

|Par exemple, si un marteau a la fonction d'enfoncer des clous, c'est parce que c'est dans le but d'enfoncer des clous qu'il a été créé, et même si on s'en sert tel quel comme d'un presse-papiers, ce n'est pas sa fonction, car ce n'est pas cette utilisation qui en a causé l'existence

|Une fonction et ce qui a causé ou cause l'existence (réelle) de quelque chose et qui permet à ce type de choses de faire vivre un individu ou un ensemble d'individus, ou de réaliser un but.