Accueil du site

Sommaire des infos

L'informateur

Cont@ct

 

De l'or à l'euro, de l'euro à l'horo: plaidoyer pour une monnaie et une finance travaillistes [sur Agoravox]

Croissance du PIB et de la dépendance (autonomie, hétéronomie)

Monnaie, immigration et politique protectionniste

 

L'arnaque de la création monétaire

[30/11/2008]

 

Sources:

[A] Maurice Allais (l'unique Français Prix Nobel de Sciences Économiques, en 1988), 1977: L'Impôt sur le Capital et la réforme monétaire (Hermann).

[B] André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder: La Dette Publique, une Affaire Rentable (À qui profite le système?). Préface d'Étienne Chouard (Yves Michel, 2008). [Index]

{] Pascal Roussel: Un nouveau Bretton Woods pour une monnaie mondiale basée sur les DTS? http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=24528 [03/05/2011]

 

 

Les banques eurent d'abord comme fonction de garder la monnaie (métallique) et de faciliter les paiements en évitant de coûteux transferts de monnaie d'un lieu à un autre. Les banques étaient rémunérées par les déposants [A:176].

Les banquiers ont constaté que les déposants ne retiraient qu'un dixième de leur monnaie (métallique) [A:177]. Ils se sont permis de prêter les neuf autres dixièmes dont ils n'étaient pas les propriétaires, se rémunérant sur les intérêts des remboursements. Or, lorsque vous prêtez de la monnaie à un proche, vous ne pouvez pas l'utiliser pour des achats, c'est-à-dire la dépenser. Mais alors que les déposants des banques peuvent utiliser leur monnaie déposée, les emprunteurs peuvent aussi le faire: la quantité monétaire disponible pour des achats est donc multipliée par 1,9, situation qui dure tant que les banques renouvellent ces prêts. Ainsi les banques sont devenues (comme?) des faux-monnayeurs.

Ces intérêts les enrichissaient tant qu'afin d'attirer le maximum de dépôts, les banquiers ont moins exigé de rémunération pour les dépôts ou ont même versé des intérêts aux déposants [A:177].

Dans une troisième étape (au dix-septième siècle aux Pays-Bas puis en Angleterre), les banques se sont permises de prêter plus de monnaie que la quantité déposée chez elles, ce qu'ignoraient les déposants et la population en général. À la seconde moitié du dix-neuvième siècle, ce système, dissimulé car considéré comme coupable auparavant, devint public et autorisé, et s'étendit. [A:178-179]

 

L'exportation du système hollandais vers l'Angleterre se fit lorsque les protestants anglais firent appel aux Hollandais afin de les protéger contre le catholique roi d'Angleterre Jacques II, et qu'en 1688, Guillaume II d'Orange débarqua en Angleterre et prit le trône du roi qui avait fui en France.

Le nouveau régime anglais, partiellement dirigé par une élite hollandaise, créa en 1694 la première banque nationale (la Banque d'Angleterre), qui prête à l'État les fonds permettant d'aménager le réseau des rivières anglaises et de construire une importante flotte, la Royal Navy, qui devint maitresse des océans en une dizaine d'années, mais peina à réduire la piraterie dans les Antilles, à partir de 1710, car les pirates recrutaient des mutins de la Navy. La nouvelle banque centrale fut très vite à l'origine du développement de banques commerciales, qui irriguent financièrement le pays. http://fr.wikipedia.org/wiki/Glorieuse_r%C3%A9volution#Cons.C3.A9quences_.C3.A9conomiques_et_sociales

"Entre 1688 et 1702, la dette publique britannique est passée de 1 à 16,4 millions de livres5. Entre 1702 et 1714, elle triple pour atteindre 48 millions de sterling, dont la majeure partie correspond aux dettes de la Marine6. En 1766 la dette atteint 133 millions de sterling. L'écrivain Daniel Defoe, auteur de Robinson Crusoé, fustige les Hollandais qui multiplient les astuces pour placer la dette publique anglaise: loteries, obligations sur la marine, ou emprunts convertibles en actions, qui inspirent en France le système de Law." http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_financi%C3%A8re_britannique#Les_emprunts_publics_:_par_le_Parlement.2C_pour_la_Navy

5. Recueil Des Cours, volume 23 (1928/III, Académie de droit international de La Haye, page 245

6. http://books.google.fr/books?id=jz1_hFntKKkC&pg=PA323&dq=%22customs+and+excise%22+indies+sugar&lr=&as_brr=3&as_pt=ALLTYPES&ei=DDDrScLzNIbUM5_t2J4B#PPA30,M1 [archive]

Customs and excise: trade, production, and consumption in England, 1640-1845, par William J. Ashworth, p. 30.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Lloyd : "Edward Lloyd est le premier à avoir eu l'idée d'assurer le commerce maritime britannique par la constitution de contrats d'assurance des navires et de leurs cargaisons. Tous les équipages payaient une assurance (mutualisation des risques de naufrage) qui servait à indemniser ceux qui avaient rencontré des difficultés et avaient perdu la totalité ou une partie de leur cargaison. En cas de surplus, Lloyd empochait cet excédent et c'est comme cela qu'il fit fortune et fonda la première compagnie d'assurance du commerce maritime britannique. Donc, le développement du commerce maritime entraînait le secteur des assurances et des banques, ces dernières étant impliquées dans le financement de la construction des bateaux ou de l'achat des cargaisons pour le compte des capitaines de vaisseaux."

 

Avec ce système, la monnaie scripturale (des quantités écrites par les banques sur les comptes des déposants) devient 95% de la monnaie, la monnaie métallique ou papier n'étant plus que d'un vingtième (un dixième pour le dollar qui est beaucoup plus utilisé internationalement pour des échanges directs sans l'intermédiaire d'une banque).

Mais comme les emprunteurs ne créent pas de monnaie, il est impossible que tous remboursent la monnaie additionnée des intérêts dus. Donc une partie des emprunteurs reste endettée, et la banque peut s'approprier ce qu'elle a hypothéqué pour condition d'accorder son prêt.

Normalement, les banques évitent de prêter à des emprunteurs qui ne pourraient les "rembourser", ou les "dédommager" par leurs propriétés hypothéquées, car elles ne s'enrichiraient plus en accaparant la richesse d'autrui, et le système pourrait même s'écrouler, la monnaie valant de moins en moins, ou plus rien. (En 2008, les banques se sont tant goinfrées en prêtant aux plus pauvres que le système a commencé à sérieusement s'éventer.)

Quand bien même, cette création de monnaie crée de l'inflation, par une augmentation de la quantité monétaire au profit des banques, plus rapide que l'augmentation des achats.

Jusqu'au 19e siècle, l'inflation était limitée par la convertibilité des monnaies en or, malgré l'extraction d'or nouveau. Depuis que la valeur des monnaies n'est plus corrélée à une quantité matérielle (le 15 août 1971), il n'y a plus de limite à l'inflation [A:183], sinon le fait que la création monétaire se fait par des prêts payants (avec les intérêts à rembourser pour l'emprunteur), et les garanties d'être remboursé pour le prêteur.

 

Le 17 janvier 1961, dans son dernier discours télévisé en tant que président des USA, le général Dwight Eisenhower met en garde son peuple face à la menace du «complexe militaro-industriel»

Le 4 juin 1963, le président des USA John Fitzgerald Kennedy signe l’executive order n° 11110 (décret présidentiel) qui indexe le dollar sur l'argent, mettant fin au privilège de la Federal Reserve System, banque privée, de pouvoir battre monnaie. Ce faisant, il met en jeu une réforme monétaire essentielle. Quatre milliards de dollars “gouvernementaux” en billets de 2 et 5 dollars sont imprimés et diffusés, et des billets de 10 et 20 sont imprimés. Kennedy est assassiné cinq mois après. L’assassinat a plusieurs conséquences: :

- Son successeur, premier bénéficiaire de l'assassinat, le vice-président Lyndon Johnson (choisi comme vice-président car, sénateur du Texas, il pouvait apporter la victoire dans les États du sud), prend immédiatement la décision de suspendre cette réforme monétaire présidentielle (les nouveaux billets de 2 et 5 dollars sont retirés de la circulation), avant d’engager le pays dans la dispendieuse guerre du Vietnam.

(Kennedy avait confié à plusieurs proches, dont sa secrétaire particulière à la Maison Blanche, Evelyn Lincoln, son intention de remplacer Johnson pour la campagne électorale de 1964, car il était soupçonné dans quatre enquêtes criminelles, qui furent classées lorsqu'il devint président: http://fr.wikipedia.org/wiki/Lyndon_Baines_Johnson.)

- Suite aux dépenses énormes causées par la guerre du Vietnam, le président Richard Nixon, le 15 août 1971 (en pleines vacances d'été donc), abandonne la libre-convertibilité du dollar et de l'or. Ce découplage sera suivi de dérégulations permettant des spéculations de plus en plus importantes.

 

Le découplage de la monnaie et d'un matériau de valeur intrinsèque, précieux, rare, coûteux à obtenir (or, argent, coquillage, etc.) a pour avantage de ne pas rendre la quantité monétaire dépendante de la quantité extraite ou produite de ce matériau, mais dépendante de l'activité d'endettement. [B:48]

Le problème est que, si la création de la monnaie fiduciaire (billets et pièces), est monopolisée par les Etats, ce qui fait croire aux citoyens que c'est l'Etat qui crée la monnaie, la création de la monnaie scripturale (c'est-à-dire dix-neuf vingtièmes de la monnaie) a été monopolisée par les banques privées par le crédit rémunéré dont les clients, y compris les Etats, doivent rembourser le capital plus les intérêts. Or comme cette monnaie ne peut être que par les banques dans ce système, l'endettement (y compris des Etats) ne peut qu'y croître, car il n'y a jamais assez de capital prêté pour rembourser le capital plus les intérêts [B:61].

S'il est justifiable qu'il y ait une rémunération pour une monnaie prêtée sans être créée, c'est-à-dire dont le prêteur se prive et ne peut avoir l'usage durant le prêt, il est injustifiable qu'on soit obligé de payer de pareils intérêts pour une monnaie créée (ex nihilo) lors du prêt et par le prêt. [B:49]

Par des lois qui dont le sens a échappé aux peuples, les Etats ont privatisé la création monétaire, si bien que les peuples soi-disant souverains et leurs Etats sont obligés d'acheter leur monnaie aux banques privées. [B:61]

Ainsi, Le 3 janvier 1973 (juste après les fêtes de fin d'année, donc), le président de la République française Georges Pompidou, ancien directeur de la banque Rothschild (auparavant choisi par le président Charles de Gaulle comme Premier Ministre afin d'assurer l'indépendance financière de la France face aux Etats-Unis), avec pour Ministre des Finances Valéry Giscard d'Estaing (dont le petit cousin Nicolas Giscard d'Estaing deviendra aussi directeur de la banque La Compagnie Financière Edmond de Rothschild), fait voter une loi qui interdit à l'État le recours à l'émission des bons du trésor, c'est-à-dire de faire des emprunts d'Etat exempts d'intérêt, par l'abscond article 25 : « Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France. » [B:23]. La Banque de France abandonne sa fonction de service public de créateur monétaire, car jusqu'en 1973, l'Etat français, par le Trésor public, "empruntait" (en fait faisait créer une monnaie gratuite) à la Banque de France, deux services publics. L'application de cette loi contribuera au début et à l'accroissement de l'endettement de l'Etat français à partir de 1974.

Le traité européen de Maastricht, en 1992, par l'article 104, § 1, « interdit en effet à la BCE [Banque Centrale Européenne] et aux banques centrales des États membres, ci après dénommées « banques centrales nationales », d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la BCE, ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. »

 

 

 

_____________________________________________

 

 

Citations

 

« I sincerely believe, with you, that banking establishments are more dangerous than standing armies; and that the principle of spending money to be paid by posterity, under the name of funding, is but swindling futurity on a large scale. » Thomas Jefferson to John Taylor May 28, 1816

« Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis. »

Thomas Jefferson,  1802 ou 1804?

 

« Les rares personnes qui comprendront le système seront soit si intéressées par ses profits, soit si dépendantes de ses largesses qu’il n’y aura pas d’opposition à craindre de cette classe-là ! La grande masse des gens, mentalement incapables de comprendre l’immense avantage retiré du système par le capital, porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts. » (Rothschild Brothers of London, citant John Sherman, communiqué aux associés, New York, le 25 juin 1863).

Karl Marx avait repéré ce système: « Dans la mesure où elle émet des billets non garantis par son encaisse métallique, la Banque d'Angleterre crée des signes de valeur qui constituent pour elle, jusqu'à concurrence de ces billets de banque à découvert, non seulement des moyens de circulation, mais encore du capital supplémentaire, quoique fictif. Et ce capital supplémentaire lui donne des bénéfices supplémentaires. » (Le Capital, livre III, chapitre XXXIII, trad. française, 1929, vol. XII, p. 135 [A:316-317].

 

« La pratique seule du crédit amène ainsi par l'abus qu'on est porté à en faire, aux crises commerciales. [...] Le crédit est le principal moteur, il donne l'impulsion: c'est lui qui, par la signature d'un simple effet de commerce, d'une lettre de change, donne une puissance d'achat qui paraît illimitée. [...] Ce qui favorise le développement des affaires et la hausse des prix, c'est le crédit.» (Clément Juglar, 1889, Les Crises commerciales, pp. VII et VIII) [A:317]

 

Maurice Allais,

« En fait la création de monnaie et de pouvoir d'achat par le mécanisme du crédit qui correspond au marché des euro-monnaies aboutit sur le plan international à une gigantesque escroquerie. » [A:316]

 

« Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents. »

 

« le mécanisme du crédit aboutit à une création ex nihilo de monnaie et de pouvoir d'achat au détriment de la collectivité. » [A:176]

 

« La création de pouvoir d'achat ex nihilo par simple jeu d'écritures par le mécanisme du crédit explique ce que certains auteurs ont appelé ingénument les "miracles" du crédit. En réalité les "miracles" du crédit pourraient être comparés aux "miracles" que réaliserait à son profit une association de faux-monnayeurs qui prêterait moyennant intérêt la fausse monnaie qu'elle fabriquerait. Dans les deux cas la stimulation de l'économie serait identique, seuls différeraient les bénéficiaires de la création de monnaie. » [A:182-183]

« Le mécanisme du crédit  est une source de spoliation, d'injustice et de démoralisation. Générateur de déséquilibres, il donne naissance à un affairisme malsain et à une spéculation effrénée, et mène les sociétés qui l'utilisent de crise en crise. » [A:183]

 

«Plus la quantité de monnaie augmente dans un système de couverture fractionnaire des dépôts, plus elle est désirée. L'offre de monnaie ne satisfait jamais la demande: elle ne fait que l'exciter. Comme une stimulation artificielle introduite dans le corps humain, elle crée un désir sans cesse accru d'une stimulation plus grande; et plus elle lui est accordée, et plus insatiable en devient ce besoin dévorant.» (Amasa Walker,  The Science of Wealth, 1867, Little, Boston, Book III, Part II, pp. 156-157) [A:184]

 

Maurice Allais, La Création de monnaie et de pouvoir d'achat par le mécanisme du crédit et ses implications, 1974.

 

« Il est bon que le peuple ne comprenne pas notre système bancaire et monétaire, car si c'était le cas, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin. » (Henry Ford)

« It is well enough that people of the nation do not understand our banking and monetary system, for if they did, I believe there would be a revolution before tomorrow morning. »

 

« Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer la monnaie, et en un coup de crayon ils créeront assez de dépôts pour la racheter. Toutefois, ôtez-leur le pouvoir de créer la monnaie et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et elles devraient disparaître, car ce monde serait meilleur et plus heureux à vivre. Mais si vous souhaitez rester les esclaves des banquiers et à payer le coût de votre propre esclavage, laissez-les continuer à créer la monnaie. »

"Banking was conceived in iniquity and was born in sin. The bankers own the earth. Take it away from them, but leave them the power to create money, and with the flick of the pen they will create enough deposits to buy it back again. However, take away from them the power to create money and all the great fortunes like mine will disappear and they ought to disappear, for this would be a happier and better world to live in. But, if you wish to remain the slaves of bankers and pay the cost of your own slavery, let them continue to create money."

 (Josiah Stamp (1880-1941), gouverneur de la Banque d’Angleterre de 1928 à 1941, deuxième fortune d'Angleterre de l'époque)

Mais cette citation est apocryphe et inauthentifiée: http://www.garynorth.com/public/6871.cfm.

 

« Monsieur le Président, nous avons dans ce pays une des institutions les plus corrompues qui ait jamais existé dans le monde. Je fais référence au Conseil de la Réserve Fédérale et aux banques de la Réserve Fédérale. Le Conseil de la Réserve Fédérale, un conseil gouvernemental, a trompé le gouvernement des États-Unis d'assez de monnaie pour payer la dette nationale. Les déprédations et les iniquités du Conseil de la Réserve Fédérale et des banques de la Réserve Fédérale agissant ensemble ont coûté à ce pays assez de monnaie pour payer plusieurs fois la dette nationale. Cette institution diabolique a appauvri et ruiné le peuple des États-Unis; s'est elle-même mise en banqueroute, et a pratiquement mis en banqueroute notre Gouvernement. Elle a fait ceci grâce aux défauts de la loi sous laquelle elle opère, grâce à la mauvaise administration de cette loi par le Conseil de la Réserve Fédérale et grâce aux les pratiques de corruption des vautours qui la contrôlent.

Ce qu'il faut ici est un retour à la Constitution des États-Unis. Il nous faut un divorce complet de la Banque et l'État. La vieille lutte qui fut menée ici à l'époque de Jackson doit être à nouveau menée... L'Acte de la Réserve Fédérale doit être abrogé et les Banques de la Réserve Fédérale, ayant violé leurs chartes, doivent être immédiatement liquidées. D'infidèles fonctionnaires du Gouvernement qui ont violé leurs serments doivent être mis en accusation et amenés au tribunal. A moins que nous le fassions, je prédis que le peuple américain, outragé, volé, pillé, insulté et trahi comme il l'est dans son propre pays, se mettra en colère et enverra ici un Président qui expulsera les manipulateurs de la monnaie hors du temple. » (Louis Thomas McFadden, discours du 10 juin 1932 devant la Chambre des représentants des Etats-Unis d'Amérique, traduction personnelle publiée sur Wikipédia [14/09/2011]).

« Mr. Chairman, we have in this country one of the most corrupt institutions the world has ever known. I refer to the Federal Reserve Board and the Federal reserve banks. The Federal Reserve Board, a Government board, has cheated the Government of the United States out of enough money to pay the national debt. The depredations and the iniquities of the Federal Reserve Board and the Federal reserve banks acting together have cost this country enough money to pay the national debt several times over. This evil institution has impoverished and ruined the people of the United States; has bankrupted itself, and has practically bankrupted our Government. It has done this through defects of the law under which it operates, through the maladministration of that law by the Federal Reserve Board and through the corrupt practices of the moneyed vultures who control it.

What is needed here is a return to the Constitution of the United States. We need to have a complete divorce of Bank and State. The old struggle that was fought out here in Jackson's day must be fought over again…The Federal Reserve Act should be repealed and the Federal Reserve Banks, having violated their charters, should be liquidated immediately. Faithless Government officers who have violated their oaths of office should be impeached and brought to trial. Unless this is done by us, I predict that the American people, outraged, robbed, pillaged, insulted, and betrayed as they are in their own land, will rise in their wrath and send a President here who will sweep the money changers out of the temple. »

 

« Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais... laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d’argent pour la racheter. Otez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits » (Sir Josiah Stamp, Directeur de la Banque d’Angleterre 1928–1941).

 

 

"There are two ways to conqueer and enslave a nation. One is by the sword. The orher is by dept."

"Il y a deux manières de conquérir et asservir une nation. Une est l'épée. L'autre est la dette." (John Adams, 1735-1826)

 

 

 

Comme celui qui a l'argent est toujours le maître de l'autre, le traitant se rend des­po­tique sur le prince même : il n'est pas législateur, mais il le force à donner des lois.
Montesquieu, « L’esprit des lois. »

 

Contrairement à votre situation britannique, il n'y a pas en Nouvelle Angleterre un seul chômeur, mendiant ou vagabond. Cela grâce a l'émission sans intérêt dans nos 13 colonies "de monnaie de papier; ce qui permet de contrôler le pouvoir d'achat (en circulation) et n'engendre pas de dette publique.
Benjamin Franklin devant des membres du gouvernement anglais, 1750.

 

Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu'une armée debout. Celui qui contrôle l'argent de la nation contrôle la nation.
Thomas Jefferson (troisième président des Etats-Unis)

 

Donnez moi le contrôle sur la monnaie d'une nation,et je n'aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois.
Mayer Amshel Rothschild (1743-1812)

 

Messieurs, un certain M. John Sherman nous a écrit qu'il n'y a jamais eu autant de chance pour les capitalistes d'accumuler de la monnaie que par "un décret promulgué", selon le plan formulé par l'Association Britannique des Banquiers. Il donne presque tous pouvoirs à la banque nationale sur les finances de la nation. (...) si ce plan prenait force de loi, il en découlerait de grands profits pour la fraternité des banquiers dans le monde entier.(...) M. Sherman dit que les quelques personnes qui comprennent ce système ou bien seront intéressées à ses profits ou bien dépendront tellement de ses faveurs qu'il n'y aura pas d'opposition de la part de cette classe, alors que la grande masse du peuple, intellectuellement incapable de comprendre les formidables avantages que tire le capital du système, portera son fardeau sans complainte et peut-être sans s'imaginer que le système est contraire à ses intérêts. Vos serviteurs dévoués.
Signé : « Rothschild frères."En 1865, dans une lettre envoyée par le banquier londonien à ses confrères de Wall Street à New York.

 

Karl Marx

« Le système du crédit public, c’est-à-dire des dettes publiques, dont Venise et Gênes avaient, au moyen âge, posé les premiers jalons, envahit l’Europe définitivement pendant l’époque manufacturière. Le régime colonial, avec son commerce maritime et ses guerres commerciales, lui servant de serre chaude, il s’installa d’abord en Hollande.

La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste. La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique. Il n’y a donc pas à s’étonner de la doctrine moderne que plus un peuple s’endette, plus il s’enrichit. Le crédit public, voilà le credo du capital. Aussi le manque de foi en la dette publique vient-il, dès l’incubation de celle-ci, prendre la place du péché contre le Saint-Esprit, jadis le seul impardonnables.

La dette publique opère comme un des agents les plus énergiques de l’accumulation primitive. Par un coup de baguette, elle dote l’argent improductif de la vertu reproductive et le convertit ainsi en capital, sans qu’il ait pour cela à subir les risques, les troubles inséparables de son emploi industriel et même de l’usure privée. Les créditeurs publics, à vrai dire, ne donnent rien, car leur principal, métamorphosé en effets publics d’un transfert facile, continue fonctionner entre leurs mains comme autant de numéraire. Mais, à part la classe de rentiers oisifs ainsi créée, à part la fortune improvisée des financiers intermédiaires entre le gouvernement et la nation – de même que celle des traitants, marchands, manufacturiers particuliers, auxquels une bonne partie de tout emprunt rend le service d’un capital tombé du ciel – la dette publique a donné le branle aux sociétés par actions, au commerce de toute sorte de papiers négociables, aux opérations aléatoires, à l’agiotage, en somme, aux jeux de bourse et à la bancocratie moderne.

Dès leur naissance les grandes banques, affublées de titres nationaux, n’étaient que des associations de spéculateurs privés s’établissant à côté des gouvernements et, grâce aux privilèges qu’ils en obtenaient, à même de leur prêter l’argent du public.

Aussi l’accumulation de la dette publique n’a-t-elle pas de gradimètre plus infaillible que la hausse successive des actions de ces banques, dont le développement intégral date de la fondation de la Banque d’Angleterre, en 1694.

Celle-ci commença par prêter tout son capital argent au gouvernement à un intérêt de 8 %, en même temps elle était autorisée par le Parlement à battre monnaie du même capital en le prêtant de nouveau au public sous forme de billets qu’on lui permit de jeter en circulation, en escomptant avec eux des billets d’échange, en les avançant sur des marchandises et en les employant à l’achat de métaux précieux. Bientôt après, cette monnaie de crédit de sa propre fabrique devint l’argent avec lequel la Banque d’Angleterre effectua ses prêts à l’État et paya pour lui les intérêts de la dette publique.

Elle donnait d’une main, non seulement pour recevoir davantage, mais, tout en recevant, elle restait créancière de la nation à perpétuité, jusqu’à concurrence du dernier liard donné. Peu à peu elle devint nécessairement le réceptacle des trésors métalliques du pays et le grand centre autour duquel gravita dès lors le crédit commercial. Dans le même temps qu’on cessait en Angleterre de brûler les sorcières, on commença à y pendre les falsificateurs de billets de banque. »

Le Capital, Livre I, Paris : Garnier-Flammarion, 1969. Première édition : 1867. Chapitre XXXI : « Genèse du capitaliste industriel », p. 556-564.

 

 

Il est absurde de dire que notre pays peut émettre des millions en obligations, et pas des millions en monnaie. Les deux sont des promesses de payer, mais l’un engraisse les usuriers, et l’autre aiderait le peuple. Si l’argent émis par le gouvernement n’était pas bon, alors, les obligations ne seraient pas bonnes non plus. C’est une situation terrible lorsque le gouvernement, pour augmenter la richesse nationale, doit s’endetter et se soumettre à payer des intérêts ruineux.
Thomas Edison

 

Je suis un homme des plus malheureux. J'ai inconsciemment ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré dans le privé. La croissance de notre nation, en conséquence, ainsi que toutes nos activités, sont entre les mains de quelques hommes. Nous en sommes venus à être un des gouvernements les plus mal dirigés du monde civilisé, un des plus contrôlés et dominés non pas par la conviction et le vote de la majorité mais par l'opinion et la force d'un petit groupe d'hommes dominants.
Woodrow Wilson, président des États-Unis 1913-1921

Le système bancaire moderne fabrique de l'argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l'iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l'argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d'argent pour la racheter. Ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l'argent et à contrôler les crédits.
Sir Josiah Stamp, Directeur de la Banque d'Angleterre 1928-1941, réputé 2e fortune d'Angleterre à cette époque.

 

Les banquiers américains ont prêté des sommes considérables à Hitler qui les a remboursé en pillant l’Europe. Ces mêmes banquiers ont continué à s’enrichir en accordant des emprunts pour la reconstruction l’Europe dévastée d’après guerre. »
Un juriste américain

 

Nous sommes reconnaissants envers le Washington Post, le New York Times, Time Magazine et d’autres grands journaux, leurs directeurs ayant participé à nos rencontres et ayant respecté la promesse de discrétion pendant près de 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer notre Plan pour le Monde toutes ces années durant si les projecteurs avaient été braqués sur nos activités. Le Monde est maintenant plus sophistiqué et plus préparé à accepter un Gouvernement Mondial. La Souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers est sûrement préférable au principe d’autodétermination nationale des peuples, pratiquée tout au long de ces derniers siècles .
David Rockefeller (discours à la Commission Trilatérale en 1991).

 

Dans son essence, la création de monnaie ex nihilo actuelle par le système bancaire est identique à la création de monnaie par des faux-monnayeurs. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents.
Maurice Allais, prix Nobel d’économie

 

Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et l'industrie privée me semble l'entité adéquate pour le faire .
David Rockefeller

 

Si vous permettiez aux banquiers d'émettre l'argent d'une nation, ils ne se soucieraient pas des lois.
Baron Rothschild

 

Nous aurons un gouvernement mondial, que cela plaise au non. La seule question est de savoir s’il sera créé par conquête ou par consentement.
Paul Warburg, banquier, le 17 février 1950 devant le Sénat américain

 

John Kenneth Galbraith, L’argent, 1975

« La découverte de cette capacité des banques à ainsi créer de l’argent se produisit très tôt dans l’histoire de la banque, et selon l’expression populaire, ce sont bien les crédits qui, aujourd’hui font les dépôts, et non le contraire. »

« Le processus par lequel les banques créent de l’argent est si simple que l’esprit en demeure confondu. […] Les crédits font les dépôts. »

 

 

En 1913, Woodrow Wilson président

banquiers JP Morgan, Paul Warburg, John Rockefeller

 

1944, Bretton-Woods, parité or-dollar-livre sterling (5 dollars l'once)

La livre, trop faible, est évacuée