Accueil du site

Dossiers d'informations

Politique

Système philosophique Anthologie littéraire

L'informateur

Cont@ct

Causalités des sidas

La mortalité du sida en France  

 

 

Documents conseillés pour bien s'informer sur le sida qui n'est pas une maladie virale

 

 

« Il est évident qu'en des temps pas très lointains, dans des situations d'apoplexie, diagnostic inévitable dans un cas comme le vôtre, on avait tout de suite recours à la saignée. Le malheureux roi Louis XIII en a subi quarante-sept en une seule année, sans parler des deux cent douze purges et deux cent quinze clystères qu'on lui a administrés. Inutile de vous dire qu'il est mort jeune. » (Pr João Lobo Antunes, Lettre à un ami-nouveau, Pâques 1997, dans De Profundis, valse lente, de José Cardoso Pires, Urf Gallimard, 2008, p. 19-20. Lu le lundi 6 avril 2009).

Mine marine dans son bouillon de culture

 

 

J’ai mis beaucoup de temps à confronter les deux thèses à partir de 2001, et l’élément déterminant a été lorsque j’ai compris (en 2008 avec le livre Les 10 plus gros mensonges sur le sida) que les tests, non sélectifs, ne détectaient pas un virus mais des anticorps, qui ne sont pas spécifiques, et il y a officiellement des dizaines de types de faux positifs (en fait tous les cas). Les tests précisent dans leur notice qu’ils ne suffisent pas, et c’est l’entretien qui va déterminer si c’est un vrai ou un faux positif selon le mode de vie communiqué…

 

Les deux meilleurs films (je conseille de commencer par là, car on voit parler divers protagonistes opposés, en regardant chronologiquement le plus ancien d’abord. 1h30 à consacrer pour chaque) :
- Djamel Tahi, 1996 (Arte Télévision): Sida : le doute
http://lucadeparis.free.fr/index/tahi_sida.htm
- Brent Leung, 2009: House of Numbers
http://lucadeparis.free.fr/index/leung_sida.htm

Extrait : interview vidéo de Luc Montagnier en 2009: http://www.youtube.com/watch?v=Q7w8p0GsJFU ou http://www.alterinfo.net/Pr-Luc-Montagnier-prix-Nobel-de-medecine-2008-Je-le-pense-que-l-on-peut-se-debarrasser-du-HIV-de-facon-naturelle_a40081.html

J’ai découvert plus récemment cet autre film : Positive Hell.

 

Le site le plus complet en français: www.sidasante.com

Ma page principale sur le sida : http://lucadeparis.free.fr/infosweb/sida_causes_non_virales.htm

Si les tests de séropositivité testaient la présence de virus et non d'anticorps non spécifiques, tout serait parfait.
Or ce n'est pas le cas. Avec une liste de 70 cas de faux-positifs officiels, et une prévalence très faible (0,4% aux États-Unis selon le Center of Disease Control, avec un test comme l'ELISA qui produit 3 % de faux positifs (Mirko Grmek, Histoire du sida, Payot, 1995, p. 156,
http://lucadeparis.free.fr/index/grmekhistoire.htm), en l'utilisant sur toute la population, on aurait sept fois plus de faux-positifs que de vrais positifs officiels...

Il y a les détails de ces calculs dans le livre d'une mathématicienne qui a travaillé une dizaine d'années sur le dogme de la causalité virale du ou des sidas, avant de se retourner : Rebecca Culshaw, La Théorie VIH du sida, incohérence scientifique! (Marco Pietteur, 2009) (sur la prévalence, voir pages 60 et 18)
http://lucadeparis.free.fr/index/culshaw_theorie_vih_sida.htm
Un livre plus complet est du Dr Étienne de Harven et Jean-Claude Roussez, 2005: Les 10 plus gros mensonges sur le sida (éditions Dangles)
http://lucadeparis.free.fr/index/sida_mensonges.htm.

Le fait est que la communauté médico-pharmaceutique veut rester dans une certaine crédibilité, avec un certain taux de sida, et une trop grande généralisation des tests montrerait leur imposture (déjà, parmi la population africaine que j'ai côtoyée plusieurs mois lors de ma traversée du continent, l'aberration du taux déclaré bien plus élevé de sida suscitait des doutes légitimes parmi la population).

Une interview par Christine Johnson d'Eleni Papadopoulos-Eleopulos, biophysicienne à la direction d'un groupe de recherche sur le VIH/SIDA au Department of Medical Physics, Royal Perth Hospital : « Le VIH est-il la cause du sida? »
http://www.sidasante.com/science/scielen1.htm.
Elle aborde en particulier la thèse du rétrovirus endogène, qui n’ont été découverts qu’en 1992-1993.