Accueil du site

Dossiers d'infos

Les causes non virales du sida (ou des sidas...)

L'indexeur

Cont@ct

 

Citations et index de

Sida: le doute

de Djamel Tahi

(Arte Télévision, 1996)

 

[23 avril 2011]

 

Visible à

 http://www.dailymotion.com/video/x8f7sg_documentaire-rarissime-sida-le-dout_news

ou

http://www.eboga.fr/VIDEO/Sida-le-doute.html

ou

http://www.mystere-tv.com/sida-le-doute-v594.html

 

 

Synopsis : http://www.sidasante.com/journal/joudjam.htm

 

 

Harry Haverkos, directeur du Bureau des Études des Drogues à Rockville : « Nous avons fait une étude sur le comportement des homosexuels, sur leurs pratiques sexuelles, sur les types de drogues qu’ils utilisent ; et nous avons constaté que ceux qui développaient le sarcome de Kaposi avaient des pratiques sexuelles et des habitudes de consommation de drogues différentes de ceux qui étaient atteints uniquement de la pneumocystose ; et en analysant cela nous avons constaté que c’est le popper qui semblait expliquer cette différence. […] Il y a eu un surprenant déclin du sarcome de Kaposi au cours des dernières années, aussi bien en nombre de cas qu’en pourcentage. […] Je pense que cela est peut-être lié à l’utilisation des poppers dont nous avons pu constater une baisse au cours de la même période. Évidemment, nous n’avons pas pu établir une baisse de l’infection par VIH dans ces populations ni établir de corrélation avec le virus de l’herpès. Par contre, l’épidémiologie du sarcome de Kaposi et celle de l’usage des poppers s’avèrent tout à fait corrélés aux États-Unis. » (20'30-22'05);

 

Luc Montagnier : « C’est vrai, je le sais par expérience, que les tests qui sont chez nous à la fois très sensibles et très spécifiques, le sont moins avec des sérums africains, pour différentes raisons ; celle que vous avez citée, c’est que beaucoup de ces Africains, ont des infections intercurrentes, chroniques, comme le paludisme, et qu’ils ont ce qu’on appelle un taux anormalement élevé d’anticorps, d’hémoglobulines d’ensemble. Et donc ces anticorps peuvent donner des réactions non spécifiques et donner des faux positifs dans les tests, les tests du sida. » (28')

 

« Une étude récente faite au Zaïre par un scientifique américain, le Pr Essex, a montré que les personnes contaminées par la lèpre et non par le VIH, réagissaient positivement au test du sida. » (33')

 

« Malgré un faible taux d’infection VIH, les lépreux et les personnes en contact montrent un taux élevé inattendu de réaction faux-positif de protéines VIH-1 à la fois à WB et ELISA. Nos observations sur la corrélation entre LAM, et le moins répandu ???? PGL-1 avec les antigènes VIH-1 suggèrent que les résultats ELISA and WB pour le VIH-1 doivent être interprétés avec prudence quand ils concernent des individus infectés par tuberculosis M. ou d’autres espèces mycobactériennes. ELISA et WB pourraient ne pas suffire pour le diagnostic VIH dans les zones endémiques du sida de l’Afrique centrale où la prévalence de maladies mycobactériennes est assez élevée. » (33'-34')

 

Peter Duesberg rétrovirus 5'40 cause cancer 6'28

T4 7'

Peter Duesberg rapidité infection-maladie 7'30-8'

Virus introuvable, qu'anticorps (Gallo, Obin Weiss) 8'50

Harry Rubin: causalité non prouvée 9'50-10'25

Charlie Thomas, déclaration 11'05

Prix Nobel Barbara McClintock, Walter Gilbert opposés à la théorie viraliste: 12'

Kary Mullis 12'50 15'42

Montagnier, "évidence" 16'

John Maddox, Nature 17'11

18'13 sarcome de Kaposi

Harry Haverkos, directeur du Bureau des Etudes des Drogues à Rockville 20'33-21'00 21'28-22'05

Duesberg 23'10 23'40

Luc Montagnier Afrique 25'08-25'40 et suite 26'30

Luc Montagnier test Afrique 28'38-29'20

Neville Hodgkinson Afrique 30'34-30'55 tests 31'25-31'52 diagnostics 32'20-33'17

Groupe de Perths, test: 35'45-36'04

variabilité 39' 39'32-40'16 spécificité40'37-40'55 42'17-43'07

Montagnier pas seule cause (mycoplasme) 45'38-46'20

Peter Duesberg drogues 47'30

Harry Rubin 47'30-48'02