Accueil du site

Sommaire photo

Vente

Technique photo argentique

Informatique

Le photographe

Cont@ct

 

Technique photographique numérique (depuis 2005)

 

La prise de vue

J'utilise le mode couleur Adobe1998, car il a une gamme de couleurs plus large que le sRGB. En général, je fais un double enregistrement en raw et jpeg le plus basique

Après avoir utilisé un Nikon D70 qui sous-exposait agréablement, j'ai utilisé un Canon 350D qui surexposait, surtout les ciels qui perdaient des détails. Après moultes essais, j'ai réglé l'appareil en sous-exposition -2/3, en mode de mesure pondérée moyenne  (le mode évaluatif sous-expose plus) et au contraste le plus bas (- 2),. Lorsque le temps le permet, il vaut mieux faire la mise au point sur le capteur central, plus précis.

La définition élevée des appareils numériques impose, afin d'éviter le flou de bougé, d'utiliser des temps de pose plus brefs qu'en argentique. En conséquence, on ne doit pas hésiter à utiliser un diaphragme plus ouvert (fermer d'une valeur au moins pour limiter l'imprécision de l'autofocus) ou d'utiliser une sensibilité plus élevée.

 

Matériel

Logiciel pour connaître le nombre de déclenchements d'un appareil photo Canon EOS: EOSInfo http://astrojargon.net/EOSInfo.aspx.

 

* Canon EOS 5D Mark III (depuis le 21 octobre 2012)

-- Pas d'écran orientable (il n'y en a aucun en 24 x 36 mm)

-- Pas de GPS intégré (il faut ajouter un encombrant et fragile accessoire de 300 euros qui prend la place du flash! Et ce GPS GP-E2, s'il a l'avantage d'inscrire automatiquement les datas dans l'EXIF de la photo, a l'inconvénient par rapprt auGPS Jobo de devoir être allumé, et de ne pas être rechargeable par USB)

- Pas de flash intégré (aucun 24 x 36 mm numérique avec flash intégré chez Canon, contrairement à Nikon avec les D700 et D800).

- Résolution en faible augmentation (de 21 à 22 millions de pixels, tandis que Nikon passe de 12 à 36)

+ Visée à 100 %

+ Quadrillage du viseur

+ Niveau d'orientation

+ Position du test de profondeur de champ enfin ramené aux doigts droits, ce qui permet de saisir les grands objectifs (comme sur les EOS 1 depuis une vingt-trois ans).

- Interrupteur pas déplacé vers la main droite (autour du déclencheur par exemple).

+ Progrès de l'écran, plus grand

+ Hautes sensibilités meilleures

+ Bouton dédié pour la vidéo et la visée sur écran

+ Double format de carte, avec la SD ajoutée, moins onéreuse, intromissible dans beaucoup d'ordinateurs portables.

- Poids en augmentation

+ Silence

+ Progrès de l'autofocus

- Ergonomie en régression pour la loupe

- Ergonomie en régression pour le passage entre autofocus automatique et sélectif

+ Progrès en haute sensibilité

* Coque protectrice en silicone (depuis le 6 novembre 2012)

+ Aspect noir mat discret

- Surface un peu trop lisse et glissante, surtout au niveau du pouce

- Grossit un peu l'appareil

 

* Canon EOS 5D Mark II (depuis janvier 2009 jusqu'au 20 octobre 2012)

+ Sensibilité automatique (enfin)

+ Résolution

+ Mode d'augmentation de la dynamique (priorité hautes lumières)

+ Mode de correction automatique de la luminosité

+ Mode Life view

+ Mode vidéo

+ Dispositifs anti-poussière

+ Possibilité de réglage manuel de la sensibilité ISO par valeur entière

- Visée pas à 100 % (mais améliorée, passée à 98 %)

- Pas de flash intégré (l'unique appareil 24 x 36 mm ayant eu la visée à 100 % et un flash intégré fut le Minolta Dynax 9 en 1998, jusqu'au Nikon D800 en 2012)

- Pas de quadrillage électronique de la visée optique (Nikon D70, etc.)

- Test de profondeur de champ à gauche (sur les EOS 1, il est bien placé, près de l'auriculaire droit)

- Pas de GPS (alors j'utilise le Jobo Photo GPS, mais ça prend de la place, et la place de la griffe du flash; et il n'intègre pas ses data dans le fichier de l'image)

- Pas d'orientabilité de l'écran (comme le Nikon D5000 par exemple)

- Esthétique anguleuse (par rapport au 5D, plus beau), et arrêtes plus exposées que des formes arrondies

- Format de carte de stockage uniquement Compact Flash, alors que celle-ci deviennent plus chères, plus rares, sont plus grosses, et pas insérables dans les ordinateurs portables.

- Pas de représentation de l'horizon.

- Pas d'ajustement automatique de l'autofocus avec le life view.

- En modes programme, pas de réglage du seuil d'augmentation automatique de la sensibilité (à 1/focale en mm mis en secondes, il est trop bas pour un numérique aussi résolu, et pour l'usage en condition d'urgence des modes programme, ce qui cause des flous de bougé, alors que la qualité à haute sensibilité est très bonne. Donc je décale très souvent le programme, et y augmente souvent la sensibilité... lorsque j'ai le temps..

 

* Canon EOS 5D avec deux batteries (de mai 2006 à janvier 2009)

+ Gros pixels, pour une meilleure qualité à haute sensibilité, plus de dynamique

+ Capteur de format 24 x 36 mm, pour le grand-angle

- Visée à 96 % seulement

- Pas de quadrillage électronique de la visée optique (Nikon D70, etc.)

- Pas de flash intégré (un seul appareil 24 x 36 mm avait la visée à 100 % et le flash intégré: le Minolta Dynax 9 en 1998, jusqu'au Nikon D800 en 2012)

- Pas de sensibilité ISO automatique en raw

- Pas de réglage manuel de la sensibilité ISO par valeur entière

- Pas de possibilité d'étendre l'accès à 3200 ISO (H) sans étendre à 50 ISO (L)

- Test de profondeur de champ à gauche (sur les EOS 1, il est bien placé, près de l'auriculaire droit)

 

Des objectifs souhaités qui n'existent pas chez Canon

- Pas de zoom Canon 28-300 léger de qualité comme chez Nikon (800 g et 115 mm) ; le Canon fait 1,67 kg et 18,4 cm, est très voyant (gros et blanc) ; Tamron en fait un très léger (555 g et 9,9 cm) mais de qualité médiocre.

- Pas d'objectif macro lumineux 60/2 : cette focale s'intercalerait judicieusement entre les TS-E 45 mm et 90 mm, ou les 50 et 85 mm ultra-lumineux  (Tamron en fait un non stabilisé, mais en APS, donc équivalent en angle à un 90 ou à un 96 mm en 24 x 36 mm; Carl Zeiss fait un Makro-Planar 50/2).

- Pas de 12 mm orthoscopique, que ce soit une focale fixe (comme chez Voigländer) ou en zoom (comme chez Sigma avec leurs 12-24 mm)

 

Objectifs utilisés

* Zoom Tamron AF 28-300/3,5-6,3 VC (depuis le 4 novembre 2011)

+ Polyvalence

+ Plage de focale maximale en 24 x 36 mm

+ La stabilisation optique

+ Légèreté (555 g) et discrétion

- Résolution

- Forte distorsion

- Fort vignetage

- Verrouillage en position courte mal placé (à droite au lieu d'à gauche)

- Verrouillage qui ne permet pas de glisser vers la focale la meilleure, sans distorsion (environ 35 mm)

 

* Zoom Canon EF 100-400/4,5-5,6 (depuis 1999)

+ Stabilisation optique

- Zoom à pompe plutôt qu'à bague (comme le Nikon 80-400 VR)

- Couleur claire

 

* Canon TS-E 17/4 (depuis le 22 juillet 2011): mon préféré! Unique sur le marché!

+ Décentrement et bascule, indépendantes

+ Le plus grand-angle à décentrement

+ Bouton de verrouillage de la bascule

- Molette de bascule trop grosse

- Pas de mécanisme, collier de fixation de la partie optique de l'objectif sur trépied, permettant de faire plusieurs images raccordables en décentrant le capteur dans deux ou quatre directions opposés afin d'avoir une résolution et/ou un angle supérieur, et/ou en variant les angles de bascule afin de produire des effets spéciaux de profondeur de champ.

- Pas de clic (réglable) pour marquer la mise au point à l'infini.

+ Qualité optique (distorsion, etc.).

 

* Canon TS-E 24/3,5 II (depuis janvier 2012)

+ Décentrement et bascule, indépendantes

+ Bouton de verrouillage de la bascule

- Molette de bascule trop grosse

- Pas de mécanisme, collier de fixation de la partie optique de l'objectif sur trépied, permettant de faire plusieurs images raccordables en décentrant le capteur dans deux ou quatre directions opposés afin d'avoir une résolution et/ou un angle supérieur, et/ou en variant les angles de bascule afin de produire des effets spéciaux de profondeur de champ.

- Pas de clic (réglable) pour marquer la mise au point à l'infini.

+ Qualité optique

- Poids en augmentation de 200 grammes

 

* Canon TS-E 45/2,8 (depuis février 2009)

+ Décentrement et bascule

- Décentrement et bascule solidaires; livraison standard en position croisée, moins pratique et plus encombrante (modification possible par démontage avec quatre petites vis)

 

* Canon EF 50/2,5 macro (depuis 1999)

+ Distorsion nulle

- Fragilité: le bloc mobile n'est pas protégé à l'intérieur d'un bloc fixe en mise au point à l'infini

- Pas d'USM

- N'ouvre pas jusqu'à f/2

- Focale un peu courte pour le différencier du 45 mm TS-E (60 mm serait mieux pour l'intercaler avec un 85 ou un 90 mm

 

* Canon TS-E 90/2,8 TS-E (depuis le 2 novembre 2012)

+ Décentrement et bascule

- Décentrement et bascule solidaires; livraison standard en position croisée, moins pratique et plus encombrante (modification possible par démontage avec quatre petites vis)

 

* Flash Canon 580EX (depuis 2008)

* Cordon torsadé 60 cm pour flash Off-camera Shoe Cord 2

* Sac ventral Lowepro Orion AW (contient six objectifs et un flash) (depuis juin 2004)

* Sac ventral Canon 100-EG (contient trois objectifs et un flash, ou quatre objectifs) : en équipement "léger" j'y mets mes trois objectifs à décentrement.

 

Matériel secondaire jusqu'en 2007 (en fait, j'aurais dû m'en débarrasser dès l'acquisition du 5D):

* Canon EOS 400D

* Sigma AF 18-200/3,5-6,3

* Canon EF 10-22/3,5-4,5 USM

 

* Canon 85/1,8 USM

 

* Canon EF 50/1,8 II (conservé comme objectif de secours)

 

* Canon EF 14/2,8 (depuis juin 2010, remplaçant le Sigma 12-24 et largement remplacé par le TS-E 17 mm)

+ Qualité optique

- Flare important

 

* Zoom Canon EF 24-105/4 IS USM L (depuis mai 2006 jusqu'en février 2011 à cause d'une panne de nappe. Remplacé par le Tamron 28-300)

+ Polyvalence

+ Résolution

+ La stabilisation optique

- Forte distorsion

- Fort vignetage (mais corrigé automatiquement depuis le 5D Mark II)

- Position classique des bagues: petite bague de zooming à l'arrière et grosse bague de mise au point à l'avant (alors qu'avec l'autofocus, une grosse bague de zooming à l'avant et une petite bague de zooming à l'arrière sont plus pratiques, comme avec le Canon EF 28-135/3,5-5,6 USM).

- Ne va pas jusqu'à 120 mm, contrairement au zoom Nikon équivalent.

-  Fragilité d'une nappe qui se rompt; vice caché qui cause des pannes, sauf souvent à la focale la plus courte.

 

* Zoom Sigma 12-24/4,5-5,6 (depuis 2006 ou 2007 jusqu'en juin 2010, remplacé par le Canon 14/2,8) (conservé comme objectif de secours jusqu'à sa revente en juin 2011, alors qu'était annoncé son successeur Sigma 12-24/4,5-5,6 II)

+ Le plus grand-angle orthoscopique

+ Une distorsion remarquablement corrigée

- Qualité optique faible sur les bords

 

* Canon TS-E 24/3,5 (d'octobre 1996 à janvier 2012)

+ Décentrement et bascule

- Distorsion et aberration chromatique

- Décentrement et bascule solidaires; livraison standard en position croisée, moins pratique et plus encombrante (modification possible par démontage avec quatre petites vis)

 

 

Le stockage

Je conserve et archive le fichier raw.

Je conserve mes données en au moins deux exemplaires. Tant que les photos sont sur la carte mémoire flash de l'appareil photo, j'en fais une sauvegarde sur le disque dur de l'ordinateur portable, puis (après renommage de préférence) je fais une sauvegarde supplémentaire sur un ou deux disques durs externes (le deuxième étant entreposé à un autre lieu). 

A propos des fabricants de disques durs:

- Éviter les Maxtore, qui ont le taux de panne le plus élevé;

- Les Western Digital et Hitachi ont plutôt des pannes au début de leur utilisation, ce qui est moins préjudiciable; il est donc utile de les tester deux ou trois semaines au début

- Les plus fiables des quatre marques les plus vendues (et des cinq en mentionnant Samsung) sont les Seagate, avec le plus faible taux de retour au service après-vente; ils sont fabriqués aux USA (et non en Asie), ont un amortissement par ressort, et un bras de lecture sur bain d'huile, ce qui cause moins de bruit et d'usure. Seagate est seule à évaluer la résilience (résistance aux chocs) sur son site www.seagate.com.

J'achète la capacité la plus économique par gigaoctet (pour les disques de 3,5 pouces de diamètre: 200 go au premier semestre de 2004, 250 go au second semestre de 2004, 500 go au printemps 2007, 1500 go fin 2008, etc.; pour les disques de 2,5 pouces de diamètre, 80 go en 2005, 160 go en 2007, 500 go en 2008, 1000 go en 2010, etc.).

Afin de faire fonctionner les disques durs, il faut un ou deux boîtiers externes pour disque dur. Une fermeture du boîtier sans vis, par exemple avec des glissières, est plus pratique, et il vaut mieux une connexion par nappe souple plutôt que rigide. Ainsi, les Hardbox Sarotech sont fiables, ont une reconnaissance immédiate, protègent bien contre les chocs, ont un ventilateur intégré, un transformateur électrique interne plus pratique et moins fragile (http://www.sarotech.com/english/cgi/pd.cgi?cmd=view&rno=11). C'est mieux de prendre une version à double connexion USB2 et Firewire (cette dernière est plus fiable et plus rapide en pratique). Pour un usage nomade, un boîtier externe pour disque dur de portable alimenté électriquement par les prises USB est pratique. Dans tous les cas, la position horizontale en fonctionnement est la plus fiable.

 

Renommage des photographies

Afin que les photographies soient automatiquement classées chronologiquement, et de les retrouver facilement par lieu et thème, je les nomme par date, puis lieu puis thème, par exemple ainsi: "19991231-235959serbieBelgradeAffiche" (le logiciel gratuit XnView permet cette datation automatique; il permet aussi la rotation sans perte par compression des fichiers Jpeg).