Accueil

 

Sommaire

 

Contact

Le sel dans l'industrie agro-alimentaire

 

Sources:

[A] Envoyé spécial sur France 2, le jeudi 6 décembre 2001.

[B] "Attention danger: les Français mangent trop salé", dans Le Parisien, 11 janvier 2002, p.10-11.

[C] Souccar Thierry: "Sel: une affaire d'État", dans Sciences et avenir, Nº 660, février 2002 p. 25.

[D] Coignard Sophie, 2002: "Le rapport omertà 2002" (Albin Michel).

Autre document:

Pierre Meneton, Mathieu Vidard: Le Sel, La Tête au carré, France Inter, lundi 7 avril 2008 (http://lucadeparis.free.fr/documents/SelMenetonFranceInterLaTeteAuCarre20080408.mp3.mp3).

 

Les avantages du sel pour l'industrie sont qu'il rehausse les saveurs sucrées, et il retient l'eau et permet donc d'augmenter le poids des aliments. S'il y a moins de sel, la consommation des sodas et eaux minérales (270 milliards d'euros par an en Europe de l'ouest) diminuerait.

En 1989, aux USA, la National Academy of Science prouve la causalité entre consommation excessive en sel et maladies cardio-vasculaires [D:277].

La consommation excessive de sel multiplie par six le risque d'avoir une tumeur cancéreuse à l'estomac. [B:10]

On consomme 4 kg de sel par personne et par an en France, c'est 2 fois plus que les recommandations de l'OMS. [A]

La surconsommation de sel en France cause 650.000 accidents cardiaques par an en France, dont 25.000 mortels. [A]

On consomme 8 à 10 g par jour alors qu'on ne devrait pas dépasser 6 g. [A]

80% du sel ingéré provient des aliments préparés. [A]

Éric Bouvet, responsable qualité chez Nestlé, dit qu'il n'y a que 1 g de sel dans un aliment préparé, alors que l'analyse faite à la demande des journalistes de France 2 a prouvé qu'il y en avait le double, 1,9 g. [A]

Marie Benoist, diététicienne Nestlé, prétend que les produits salés sont moins appréciés. En mars 2001, Que Choisir fait un dossier où Catherine Sokolsky affirme que les consommateurs ont préféré des plats avec moins de sel. [A]

Pierre Meneton, chercheur à l'INSERM: plus il y a de sel, plus on boit; si on diminue la consommation quotidienne de sel de 10 g à 6 g, il y aura une diminution de 50 milliards de francs par an en France sur la vente des boissons. Or par exemple Nestlé qui est le n° 1 planétaire de l'agro-alimentaire l'est aussi pour les eaux minérales. [A]

Frito-Lay filiale de Pepsi Cola finance une étude pour dire que c'est le calcium (le sodium?), pas le sel qui cause l'hypertension.

Pierre Meneton dit avoir eu des pressions, ses supérieurs hiérarchiques ont reçu des lettres disant que ces études ne reflétaient pas la vérité scientifique.

S'il y avait 30% en moins de consommation de sel, il y aurait 20.000 ou 30.000 morts de moins par an en France. [A]

Il y a 7 millions d'hypertendus en France. l'hypertension augmente les accidents cardiaques, l'insuffisance rénale, le décollement de la rétine, cause des dégâts sur les artères du cerveau et cause des accidents vasculaires cérébraux. [B:10]

Les effets de la surconsommation apparaissent 10, 20 ou 30 ans plus tard et il n'y a eu ni choix ni information jusqu'à il y a un an, dit Pierre Meneton. [A]

 6 g de sel par jour 3,5 millions de Français de moins seraient hypertendus: l'industrie pharmaceutique perdrait de la monnaie, alors que le marché des médicaments contre l'hypertension est de 10 milliards de francs par an. [A]

Solvay, qui est le premier producteur de sel en France, gagne 500 millions de francs par an avec un médicament contre l'hypertension: il fournit le poison et l'antidote. Un responsable de Solvay dit que cet hypertenseur ne constitue que 1 % du chiffre d'affaires de Solvay. [A]

On consomme 15 fois plus de médicaments contre l'hypertension en France qu'en Grande-Bretagne. [A]

2% du budget de la Sécurité Sociale passe dans l'hypertension, dont trois quarts en hospitalisation. [A]

En 2000, en France, le pain a 24 g de sel par kilo de farine; 30 % du sel mangé vient du pain et des biscottes, 13 % des charcuteries, 11 % des fromages, 10 % des soupes et 10 à 20 % du sel ajouté lors des repas. [B:10]

Jusqu'aux années 1950 il y avait 18 g de sel par kg de farine dans le pain. On a augmenté le pétrissage afin d'obtenir un pain plus blanc, plus volumineux, mais moins goûteux, et on a redonné du goût en augmentant le sel jusqu'à 24-25 g [France 5 Journal de la Santé 15.01.02]

- Dans l'édition 1992 des "Apports nutritionnels conseillés pour la population française", le Pr Tilman Drueke, directeur de recherche à l'Inserm, et chargé de la rédaction du chapitre sur le sodium, écrit que seuls 30 à 40 % des hypertendus sont, pour des causes génétiques, "sensibles au sel". Les autres "peuvent continuer à consommer la quantité de sel qu'ils ont l'habitude et le plaisir de manger". Dans l'édition 2000, il écrit qu'"Il n'est pas justifié de développer des campagnes de communication contre la consommation de sel." [C]

Écarté de la rédaction des "Apports conseillés"  parce qu'il défendait la thèse que "l'excès de sel est responsable d'au moins 25.000 morts, Meneton trouve début février 2001 une tribune dans Le Point. Les experts de l'Afssa et la secrétaire d'État à la santé, Dominique Gilot, y sont accusés d'avoir cédé au lobby du sel. [C]

 

 

lundi 21.01.2002 émission d'Yves Calvi, France 5 télévision

Frédéric Saldman: spécialiste nutrition vendu aux industriels

Jean-Claude Jaïet Albin Michel les dossiers noirs de la mal-bouffe

Bourre Jean-Marie 500 morts par jour en France par cancer ou problèmes cardio-vasculaires par déséquilibre alimentaire (sucres raffinés dans les boissons: obésité, diabète (80%des diabétiques sont obèses))

Meneton 80% du sel consommé vient des aliments préparés, sans obligation d'affichage

Meneton: depuis 30 ans, moins de mortalité mais plus de morbidité: progrès thérapeutiques des maladies cardio-vasculaires