Accueil du site

Sommaire

Le philosophe

Cont@ct

 

Sanction et règle

 

L'autorité est la capacité pour un sujet (ou un ensemble de sujets) d'intentionnellement faire faire quelque chose intentionnellement ou de faire croire quelque chose à un autre sujet (ou ensemble de sujets), cet autre sujet (ou ensemble de sujets) étant conscient que son intention ou sa croyance est causée par les actes du premier sujet (ou ensemble de sujets).

L'autorité est la capacité (intentionnelle) pour un sujet (ou un ensemble de sujets) de faire faire quelque chose intentionnellement ou de faire croire quelque chose à un autre sujet (ou ensemble de sujets), cet autre sujet (ou ensemble de sujets) étant conscient que son intention ou sa croyance est causée par les actes du premier sujet (ou ensemble de sujets).

L'autorité est le pouvoir de faire (ou de créer) des règles ou le pouvoir de sanctionner.

L'autorité est le pouvoir social de faire réaliser ce qu'on veut par d'autres sujets (en leur communiquant ce qu'on veut).

Par exemple, lorsqu'on est autoritaire, on dit: "Sors de ma chambre, et tout de suite!" plutôt que de dire: "S'il te plaît, j'aimerais que tu sortes de ma chambre maintenant." ou: "Je t'en prie, voudrais-tu bien sortir de ma chambre maintenant?".

Une interdiction est un modèle autoritaire de ne pas faire (être ou avoir) quelque chose.

Une obligation est un modèle autoritaire de faire (être ou avoir) quelque chose.

Une autorisation est un modèle autoritaire de faire (être ou avoir) ou de ne pas faire (être ou avoir) quelque chose.

 

Une sanction est un acte d'agression causé par la croyance que l'autre sujet a fait quelque chose d'insatisfaisant.

La récompense et la punition comme étant les deux sortes de sanction.

Une punition est quelque chose d'insatisfaisant ou craint fait intentionnellement à un sujet afin de le motiver ou de motiver d'autres sujets à ne pas refaire quelque chose (afin de le décourager ou à décourager d'autres sujets à refaire quelque chose).

Une récompense est quelque chose de satisfaisant ou espéré fait intentionnellement à un sujet afin de le motiver ou de motiver d'autres sujets à refaire quelque chose (afin de l'encourager ou à encourager d'autres sujets à refaire quelque chose).

La vengeance est plus relative aux actes passés et la punition aux actes futurs.

 

Une règle est ce qui permet d'éviter d'être sanctionné.

Ne peut être réglé que ce qui peut être intentionnel.

Si après avoir volé, je cours afin de m'échapper et d'éviter toute sanction, ai-je "obéi" à une règle?

 

Une interdiction est la règle de ne pas faire quelque chose.

Une obligation est la règle de faire quelque chose.

Une autorisation est la règle de faire ou de ne pas faire quelque chose.

Une autorisation est la possibilité de faire quelque chose sans risquer d'être puni.

L'interdiction précède l'obligation et l'autorisation, comme l'impossibilité précède dans la conscience qu'on en a la nécessité et la contingence.

Une transgression est l'irréalisation d'une règle.

On ne peut pas transgresser une autorisation.

 

La responsabilité est le fait de pouvoir être sanctionné pour les effets de ce qui est en relation (de causalité?) avec soi.

Par exemple, on peut être responsable (et puni) des dégâts que cause son chien ou son enfant de un an sur les possessions d'autrui; et aussi responsable (et récompensé) s'il gagne un concours de beauté.

La responsabilité est le fait de pouvoir être sanctionné pour des actes dont on peut connaître les effets ou leurs relations avec des règles.

Par exemple, un conducteur qui renverse par mégarde un piéton est considéré comme responsable de ce qu'il n'a pourtant pas fait intentionnellement.

Par exemple, un homme contraint à signer un contrat sous la menace d'un pistolet n'est pas nécessairement considéré comme responsable de ce qu'il a pourtant fait intentionnellement.

Par exemple, le propriétaire d'un bœuf qui a causé des dégâts dans le champ du voisin (en) est responsable, puisqu'il paye (ou doit payer) les dégâts causés par son bœuf, mais il n'est pas coupable, puisqu'il ne peut pas être coupable de ce que fait son bœuf.

Le chef est plus responsable que celui dont il est le chef. Le chef a l'intention de faire faire, et celui dont il est le chef a l'intention de faire (il a une intention d'obéir).

 

Un crime est un acte qui ôte illégitimement un autre individu d'une grande partie ou de la totalité de sa autre liberté.

Un crime est un acte qui supprime illégitimement une grande partie ou la totalité de la liberté d'un autre individu.

Selon les définitions suivantes, s'il n'y a pas intention de supprimer une liberté, il n'y a pas crime.

Un crime est l'acte d'ôter illégitimement un autre individu d'une grande partie ou de la totalité de sa liberté.

Un crime est l'acte de supprimer illégitimement une grande partie ou la totalité de la liberté d'un autre individu.

Par exemple, l'assassinat, la tortures sont des crimes.

La culpabilité est le fait d'avoir fait un crime.

L'innocence est le fait de ne pas avoir fait de crime.

La culpabilité est le fait d'avoir transgressé ou de transgresser.

L'innocence est le fait de ne pas avoir transgressé ou de transgresser.

 

Une crapulerie un crime pour de la monnaie ou posséder quelque chose qui a une valeur monétaire.

Un escroquerie est une crapulerie sans violence.

 

Un cambriolage est un vol d'éléments d'un lieu privé.

pénétration par effraction dans les appartements, dans les maisons pour les dévaliser.

Par exemple, on peut cambrioler une maison, une banque, mais pas le sac d'une personne dans une banque.

 

Assassiner, c'est tuer intentionnellement et illégitimement un autre autre personne.

Assassiner, c'est tuer intentionnellement une autre personne alors que c'est interdit.

Par exemple, si un homme a l'intention d'assassiner le mari de son amante en empoisonnant un flacon, et que c'est une fillette qui meurt en buvant le contenu du flacon, il n'a assassiné personne mais a commis une tentative d'assassinat et a réalisé un homicide involontaire, accidentel; d'ailleurs, il serait assez logique, normal que la sanction additionnée de ces deux délits égale celle d'un assassinat.