Accueil du site

Sommaire

Le philosophe

Cont@ct

 

Société

 

Une société est un système de sujets d'une même espèce ou semblables qui en imitent d'autres parmi eux ou s'imitent entre eux,  qui sont différenciés entre eux et dépendants des autres ou de certains autres pour vivre ou quant à leur vie, avec leurs relations entre eux, leurs créations et leurs possessions.

Par exemple, le requin et le petit poisson qui lui sert de cure-dent ne font pas partie de la même société.

Est public ce dont la possession, l'utilisation est commune aux sociétaires.

Est public ce dont tous les sociétaires peuvent (identiquement) profiter et utiliser.

Est privé ce dont la possession, l'utilisation n'est pas commune aux sociétaires.

*

Une famille est un ensemble de personnes qui ont des relations sexuelles (ou maritales), génératives ou éducatives.

Pour qu'il y ait famille, il est nécessaire que les relations entre sujets ne soient pas oubliées, soient connues ou écrites.

Une parenté est une relation générationnelle réelle ou symbolique, socialement instituée.

parent: sujet avec lequel on a des relations génétiques ou vécues (socialement ou individuellement) comme telles. 

*

Une culture est un ensemble (ou un système) de modèles sociaux.

Par exemple, le lavage des patates par des macaques japonais, les sociétaires s'imitant les uns les autres, est proto-culturel.

Par exemple, afin de manger des fourmis, les chimpanzés de Tanzanie plongent une longue baguette dans la fourmilière, la ressortent, l'essuient avec leur autre main et enfournent d'une seule lampée environ trois cents insectes; alors que les chimpanzés de Côte-d'Ivoire mordillent les fourmis accrochées au branchage: ce sont deux cultures différentes.

L'acculturation est la diminution (la perte, l'abandon, la disparition) d'éléments culturels d'une société, remplacés  par des éléments culturels d'une autre société.

La modernité est la culture de l'innovation.

Par exemple, une maison traditionnelle est une maison qui est faite identiquement à celles qui ont été faites auparavant, alors qu'une maison moderne est une maison différente, innovante.

*

Une hiérarchie est un ensemble de différences entre sujets quant au pouvoir social des uns sur les autres.

Par exemple, un roi est hiérarchiquement supérieur à un valet car la vie du valet dépend plus du roi que celle du roi du valet.

La hiérarchie permet de diminuer le fait que chacun désire ce qu'a, est ou fait l'autre.

Par exemple, l'hindouisme organise l'univers selon un ordre cosmique déterminé. Les uns et les autres se voient attribuer une place précise qui évolue au gré des renaissances. Celui qui aura vécu dans le respect des rites propres à sa situation pourra espérer renaître à un niveau plus élevé dans la hiérarchie des castes; à l'inverse, celui qui aura rompu l'équilibre, en se révoltant par exemple, descendra dans l'échelle des naissances. C'est la loi du karma. C'est aussi un facteur de passivité sociale qui, en contrepartie, favorise le sentiment d'intégration à un groupe. De fait, l'élément central du système, la caste, s'est rigidifié en une hiérarchie à peu près impossible à transgresser.

Les textes sacrés hindous racontent la naissance des quatre castes (les "varna", c'est-à-dire les couleurs), issues du corps d'un géant, Purusha. A chaque caste, correspondent des activités particulières qui assurent une organisation hiérarchisée de la société. Les brahmanes sont sortis de la bouche du géant. Ils ont pour devoir l'étude, l'enseignement, le sacrifice, la donation et les fonctions sacerdotales en général. Les kshatriya sont venus du bras. A eux, la donation des présents, l'art de la guerre et la protection de la vie, ce qui en fait des guerriers ou des princes. Les vaisya sont issus de la cuisse. Parmi leurs missions: l'agriculture et l'élevage. Par extension, ils occupent des emplois de production (commerce, industrie). Les shudra sont sortis des pieds. Ils servent les trois castes supérieures et forment la cohorte des serviteurs. Les "intouchables" n'ont pas place dans cette hiérarchie. Ils sont affectés aux métiers tenus pour les plus dégradants (blanchisseurs, barbiers, vidangeurs, équarrisseurs, ou le travail du cuir, d'un contact abominable pour les hindous, car la vache est un animal sacré, l'incinération des morts, balayeurs, éboueurs, etc.). L'endogamie (qui oblige à s'unir au sein de la même classe sociale) est une des caractéristiques permanentes du système.

Une hiérarchie monodimensionnelle est un ensemble de relations de dominance et de soumission dont les propriétés sont la transitivité (si A domine B et B domine C, A domine C) et la non réciprocité (ou asymétrie) (si A domine B, B ne peut dominer C).

Une hiérarchie pluridimensionnelle est par exemple celle élaborée par Montesquieu: le pouvoir législatif (qui crée les lois), le pouvoir judiciaire (qui fait respecter les lois) et le pouvoir exécutif (qui agit politiquement selon les lois). La loi créée par les humains est socialement supérieure à eux.

L'ambition est le désir d'avoir plus de pouvoir social (ou être plus haut hiérarchiquement).

L'ambition est la volonté (ou l'espoir?) d'augmenter son pouvoir social (ou un espoir de supériorité hiérarchique).

Par exemple, l'ambition peut être l'espoir d'être plus riche ou de devenir monarque.

*

Un chef est un sujet qui a le plus de pouvoir de décision sur (l'état d')une collectivité dont il fait partie (à laquelle il appartient).

*

La politique est l'organisation intentionnelle de la société.

La souveraineté est l'autorité politique (le pouvoir de décider de ce qu'est, a ou fait une société).

Un souverain n'est pas nécessairement un chef.

Par exemple, dans une démocratie, le peuple est souverain sans qu'il y ait de chef.

La souveraineté est le fait d'avoir le plus (ou beaucoup) de pouvoir de constituer, de réguler, de modifier les relations entre les personnes d'une société.

 

L'élite est l'ensemble très minoritaire des personnes d'une société en haut de la hiérarchie, qui ont le plus d'autorité.

Un peuple est l'ensemble très majoritaire des personnes d'une société en bas de la hiérarchie, qui ont le moins d'autorité.

*

Un État est l'autorité souveraine d'une société, qui agit par télécommunications.

L'État est en corrélation avec les communications écrites, l'extension de la bureaucratie, les écrits et autres télécommunications.

Une nation est l'ensemble des natifs (ou assimilés; leurs enfants étant de la même nationalité) d'une société, en particulier étatique.

Une nation est une collectivité qui se crée avec une communauté culturelle, transmise des parents aux enfants, sur un territoire.

Une nation est une société à État en relation avec d'autres. Ainsi lorsque l'Égypte a généré un État  organisant l'irrigation agricole du Nil, il n'y avait pas d'État voisin et ce n'était donc pas une nation.

Un empire est un État qui a tendance à conquérir d'autres sociétés par la guerre, à annexer leurs richesses, leurs territoires.

Par exemple, le Japon devint un empire vers 1868: l'ancien contrôle des naissances fit place à une politique d'augmentation des naissances; toutes les industries furent dirigées vers la création d'une industrie de guerre et la construction d'une flotte; puis vinrent les agressions, contre la Chine, ensuite contre la Russie; et il continua dans cette voie jusqu'à la défaite de 1945.

Une colonie est un territoire conquis par un empire.

*

Une aristocratie est une société où ce sont les personnes les meilleures, les plus fortes à quelque chose qui obtiennent la souveraineté.

Par exemple, à la fin de l'Iliade d'Homère le concours de tir à l'arc afin de déterminer quel sera le successeur d'Ulysse comme chef d'Ithaque est aristocratique.

Par exemple, l'intronisation d'Œdipe comme roi de Thèbes est aristocratique, car il y est parvenu en étant le premier candidat à résoudre l'énigme du monstre qui menace la cité et a tué les précédents candidats.

L'eugénocratie ouest une société où les personnes acquièrent le pouvoir (social ou) politique par leur naissance, ou la parenté avec ceux qui l'ont déjà.

Par exemple, Hugues Capet est un aristocrate, élu roi de France par les plus hauts seigneurs (comtes et ducs), ou Grands du Royaume, vers le 1er juin 987 à Senlis, dans une assemblée convoquée par Adalbéron, archevêque de Reims, et il impose (en particulier à Adalbéron, qui va finalement le sacrer roi, quoiqu'opposé à l'eugénocratie : « Des empereurs de race illustre furent déposés à cause de leur absence de vertu, ils eurent des successeurs tantôt égaux, tantôt inférieurs par leurs origines », faisant allusion à Charles le Gros en 887 et à Charles le Simple en 922; et argumentant: « Le trône ne s'acquiert point par droit héréditaire, et l'on ne doit mettre à la tête du royaume que celui qui se distingue par ses qualités. Donnez-vous donc pour chef le duc Hugues, recommandable par ses actions, par sa noblesse et par ses troupes, en qui vous trouverez un défenseur, non seulement de l'intérêt public mais aussi des intérêts privés. », cité par Richer de Reims, Histoire, IV, 991-998) comme successeur son fils ainé Robert II de France, qui  est donc un eugénocrate.

L'eugénocratie serait une aristocratie si on considérait que qu'elle consiste en la meilleure naissance, et par la suite la meilleure éducation, préparation ; ce n'en est pas une en considérant que l'eugénocrate n'est issu d'aucune compétition (sauf si mystiquement on considère que l'eugénocrate a lutté pour sa place avant la naissance).

Une dynastie est un ensemble d'eugénocrates successifs.

Une ploutocratie est une société où ce sont les personnes (les plus) riches qui ont le pouvoir politique.

Une société où les partis politiques sont financés par les firmes (les plus riches) est une ploutocratie.

Par exemple, il est ploutocratique que les États-Unis d'Amérique du Nord autorisent qu'un candidat à la présidence tel Bill Clinton soit financé par les laboratoires Monanto en échange de son soutien de leur programme d'organismes transgéniques.

La ploutocratie n'est pas nécessairement une oligarchie.

Par exemple, dans une société où il y a deux tiers de ploutocratres (ayant chacun un million d'unités monétaires) et un tiers de pauvres (ayant un millier d'unités monétaires), le sploutocrates sont majoritaires.

Une démocratie est une société où c'est le peuple qui a le pouvoir politique.

Une démocratie est une société où le peuple décide de sa politique .

La démocratie est le gouvernement par le peuple.

Dans une démocratie, il n'y a pas de président (sinon un président de séance, d'assemblée).

Un citoyen est une personne qui a un droit de vote politique dans une démocratie ou une aristocratie élective.

L'ochlocratie est le gouvernement par la foule.

L'ochlocratie peut être un gouvernement par une minorité (par ailleurs peut-être manipulée par une bien plus petite minorité), contrairement à la démocratie qui est le gouvernement par toute la population.

L'élitisme est la préférence, la défense de l'élite.

Le populisme est la préférence, la défense du peuple.

Le populisme est la défense du peuple contre l'oligarchie.

*

Une élection est le choix collectif d'un sujet parmi plusieurs.

L'élection comme exclusion.

Une élection est le choix collectif d'une personne (d'un sujet) comme souverain, dirigeant.

Démagogie et république opposées.

Une république est une société où les problèmes politiques sont publiés et discutés publiquement.

Une république est une société où la politique est publique, non privée.

La démagogie est le fait pour un politicien, afin d'augmenter ou de conserver son pouvoir, de faire, dire, promettre ce qui satisfait le peuple, ses électeurs (ou d'autres politiciens, d'une autre société, par exemple).

Une méritocratie est une société hiérarchisée selon le mérite (des sociétaires).

La technocratie est le pouvoir politique par des experts, des techniciens.

Par exemple, l'avion supersonique Concorde, les centrales nucléaires.

Une monarchie est une société où une personne a tous les pouvoirs sociaux sur les autres, où il n'y a qu'une hiérarchie, ou alors où il y a une hiérarchie supérieure à toute autre.

Une polyarchie est une société où plusieurs personnes ont des pouvoirs sociaux les unes sur les autres, où il y a plusieurs hiérarchies ayant des pouvoirs réciproques les unes sur les autres.

Par exemple, dans une monarchie, le souverain a tous les pouvoirs sociaux sur les autres personnes alors que celles-ci n'ont sur lui que les pouvoirs sociaux qu'il veut leur donner; dans une polyarchie, le souverain peut être contesté par d'autres pouvoirs sociaux, par des autorités religieuse, policière, juridique ou populaire (par le vote ou la manifestation).

Par exemple, l'Allemagne nazie d'Adolf Hitler était une monarchie.

Une monarchie est une société avec (ayant) un unique souverain.

Une polyarchie est une société avec (ayant) plusieurs souverains.

L'anarchie est le fait qu'il n'ait pas de personnes ayant plus de souveraineté.

Une anarchie est une société sans qu'il n'ya ait de personnes ayant plus de souveraineté.

L'isocratie est l'égalité de souveraineté.

Le totalitarisme est la politique d'un État où un pouvoir totalement monarchiste est pris (sous prétexte de réaliser une idéologie, de défendre une classe sociale, le prolétariat, les ouvriers, ou une nation, une race).

*

Une institution est une collectivité hiérarchisée (organisée plutôt?) appartenant à une société et créée pour réaliser un but.

Par exemple, l'Organisation des Nations Unies a été créée dans le but d'une paix planétaire, créée par les nations les plus puissantes qui la dominent: les États-Unis d'Amérique du Nord, l'URSS, la Grande-Bretagne, la Chine et la France.

Une institution est une création culturelle.

(Une institution est une création de modèles sociaux.)

Une institution est une création abstraite, transcendante d'une société, qui permet de réguler, régler, limiter, diminuer les conflits, la violence entre les sujets, les personnes.

Les portes et les serrures, concrètes, ne sont pas des institutions.

L'institutionnalité fait partie de (implique) l'officialité, mais pas l'inverse.

*

Une civilisation est une culture très élaborée, structurée et complexe, surtout contre la violence, pouvant être commune à plusieurs sociétés.

Par exemple, la civilisation péruvienne s'étendait dans des régions américaines bien au-delà des limites de l'empire inca, voire de celle du langage quichua.

*

Un logement est un espace artificiel où une personne dort et a des activités privées.

Un habitat est un lieu où on loge.

Une ville est un espace, une surface, un lieu artificiel où il y a une forte concentration d'habitats artificiels de personnes.

Un jardin est un espace, une surface, un lieu artificiel de végétaux dans un habitat de personnes.

Une campagne est un espace, une surface, un lieu artificiel où il y a de très grandes étendues d'agriculture ou d'élevage.

*

Une guerre est un conflit violent (meurtrier) armé entre des collectivités de personnes afin de posséder des choses que possède l'autre collectivité ou qui lui appartiennent (territoire, personnes, richesses, etc.).

Une guerre est un conflit violent entre des collectivités de personnes n'ayant pas entre elles de règles pour sanctionner les conflits.

Une guerre est un conflit armé entre des collectivités.

La guerre est apparue avec l'accumulation de stocks, avec trois buts: le pillage des stocks accumulés chez le voisin, la conquête de populations voisines, la recherche de la gloire.

La paix est l'absence de guerre.

Un génocide est la destruction intentionnelle (ou en le sachant) d'une race ou d'une espèce.

Par exemple, il y a eu les génocides de Juifs et Tziganes par les nazis.

Génocide vendéen?

La Convention Nationale le 1er août 1993: « Article 8 : Les femmes, les enfants et les vieillards seront conduits dans l'intérieur; il sera pourvu à leur subsistance et à leur sécurité avec tous les égards dus à leur humanité. »

« J'ai fait donner aux femmes, aux enfants et vieillards de Thouarcé tous les secours dus à l'humanité. Je les ai logés et mis en subsistance provisoirement jusqu'à ce que le Comité de salut public ait tracé la conduite que je dois tenir à cet effet. » Jean Antoine Rossignol

Général François-Joseph Westermann, rapport à la Convention en écrivant dans une lettre au Comité de Salut Public: « Citoyens républicains, il n'y a plus de Vendée ! Elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l'enterrer dans les marais et les bois de Savenay. Suivant les ordres que vous m'avez donnés, j'ai écrasé les enfants sous les pieds des chevaux, massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, n'enfanteront plus de brigands. Je n'ai pas un prisonnier à me reprocher; les routes sont semées de cadavres. On fusille sans cesse à Savenay, car à chaque instant il arrive des brigands qui prétendent se rendre prisonniers. [...] Nous ne faisons pas de prisonniers, Il faudrait leur donner le pain de la liberté et la pitié n'est pas révolutionnaire. »

Génocide des Héréros par les Allemands en Namibie en 1904: ordre d'extermination (Vernichtungsbefehl) signé par le général Lothar von Trotha, stipulant : « À l'intérieur des frontières allemandes, chaque Héréro, armé ou non armé, sera abattu. Je n'accepterai pas plus de femmes ou d'enfants. »; sur 80.000 en 1904, 15.000 survivent en 1911.

Un ethnocide est la destruction intentionnelle (ou en le sachant) d'une culture.

*

Un territoire est l'espace où vit un sujet.

*

Une loi est une déclaration autoritaire et souveraine (de la souveraineté) d'un type (de choses) interdit, obligatoire ou autorisé.

Une loi est une déclaration autoritaire et souveraine (de la souveraineté) de ce qui est typiquement interdit, obligatoire ou autorisé.

Une loi est une déclaration réglementaire par un État.

Une loi est une règle créée politiquement.

La justice, les lois ne s'attaquent pas aux fous car ils ne la craignent pas; de la même manière, les lois ne condamnent pas les tremblements de terre ou les éruptions volcaniques (les catastrophes naturelles).

Un droit est une autorisation légale.

Un droit est la possibilité (déclarée?) pour un sujet de faire intentionnellement quelque chose dans une société en tant que les autres sociétaires permettent de lui faire cette chose lorsqu'ils le savent.

La juridiction est le système institutionnel, étatique qui punit ceux qui transgressent des lois.

*

Un complot ou conspiration est un acte secret que font une collectivité de personnes à l'encontre d'un ou plusieurs autres.

Par exemple, des personnes qui organisent une bonne surprise pour l'anniversaire d'un ami ne complotent pas, car c'est pour sa jouissance, non à son encontre, qu'ils agissent en secret.

Complot d'une personne, conspiration d'une collectivité?

 

Le lobbying ou coterie est une activité d'influence, de suggestion des décisions politiques auprès des politiciens, faite sans publicité de la part des acteurs envers la population.

Le lobbying est anti-républicain et anti-démocratique, car les influences ne sont pas faites dans un cadre public, et donc évitent toute décision démocratique.

Le lobbying est une conspiration.

 

Le fascisme est l'utilisation politique de groupes de personnes violentes afin d'empêcher des expressions opposées.

L'étymologie le rappelle bien : "les magistrats romains étaient précédés d'un certain nombre de gardes, les licteurs, chargés de ces faisceaux, symboles d'autorité, de violence de la loi".

Le roi d'Italie Victor-Emmanuel III nomme Mussolini président du conseil, après que les milices fascistes aient chassé les organisations de gauche des villes du nord de la péninsule, et à peine après qu'ils aient commencé à exécuter leur menace de lancer une marche sur Rome.

*

Un vêtement est une chose matérielle mise sur le corps pour l'adapter à l'environnement non social.

Par exemple, une fourrure contre la froidure, une couverture sur un cheval pour qu'il n'ait pas froid, un casque contre les chocs,

Un vêtement est une chose matérielle mise sur le corps à cause de l'environnement non (uniquement) social.

Par exemple, une chaussure de course permet de courir plus vite, ce qui en fait un vêtement, même si c'est un environnement social qui les fait porter.

Un habit est une chose matérielle mise sur le corps à cause de l'environnement social.

Par exemple, la cravate, les bijoux.

La nudité est pour le corps ou une partie du corps d'une personne (ou d'une bête) d'être sans vêtement ou sans habit  (de ne pas être recouverte de vêtements ou d'habits).

*

L'inceste est le fait de copuler avec des parents avec qui c'est interdit.

Un inceste est une relation sexuelle (une copulation) entre parents (entre sujets ayant une relation de génération).

L'inceste est le fait de copuler (avoir des relations sexuelles) avec des sujets avec qui on a déjà des relations familiales non maritales.

L'inceste, c'est la destruction de l'ordre familial, pouvant causer des envies, des jalousies, des conflits, des violences.

L'interdiction de l'inceste est une interdiction de doubles relations qui peuvent entrer en opposition, devenir conflictuelles.

L'interdiction de l'inceste est celle de copuler avec des "trop semblables": elle oblige à éviter de mettre en contact des personnes partageant la même substance.

Mettre ensemble des choses de nature identique est donc néfaste, trop d'identité nuit.

Pour éviter ou empêcher des imitations rivalitaires, dans les sociétés traditionnelles, il y a beaucoup d'interdictions incestueuses (beaucoup plus que dans les sociétés modernes) qui font qu'il y a très peu de personnes avec qui il est autorisé de se marier (ou de copuler), chaque personne étant à l'extrême obligée d'épouser telle autre personne

* L'inceste le plus interdit étant celui entre la mère et le fils, avec l'âge l'interdiction sexuelle probable de la femme augmente et celle de l'homme diminue.

* Inceste: confusion, désordre ; responsabilité cosmique.

* Le pharaon ne fait pas partie du genre humain, il le fonde, droit à l'inceste ; c'est un dieu.

Les fondements de l'ordre social reposent sur un inceste.

A l'origine, il faut transgresser les règles qui sont celles de l'ordre social.

* S'il y a consensus dans la famille pour l'inceste, il n'y a pas de névrose d'angoisse.

Névrose si la mère est contre l'inceste père-fille.

* Moins d'inceste mère-fils: déjà relation quasi-incestueuse de l'alimentation au sein.

* Lévi-Strauss: prohibition de l'inceste > exogamie > échange, coopération > fondation de la société

* Prohibition de l'inceste quand l'identique bascule dans la différence.

Pas de prohibition de l'inceste homosexuel.

* 6 systèmes possibles

Europe: (germains) et (croisés et parallèles)

n'existant pas réellement: (cousins croisés et germains) et (cousins parallèles)

* La reine Marie-Antoinette accusée dans les pamphlets d'inceste avec son fils.

* "Déjà la Bible interdisait qu'un homme couche avec une femme puis avec la fille de cette femme; ça bouillonne de fantasmes, mais l'interdit est clair: ne pas brouiller les générations." (Cyrulnik)

*

Un clan est un ensemble de personnes, ayant un nom commun, qui se considèrent unilinéairement en filiation paternelle (patriclan) ou maternelle (matriclan) d'un ancêtre commun légendaire ou mythique.

*

L'héritage est la transmission des possessions

La patrilinéarité est le fait que dans une société l'héritage provienne du père.

La matrilinéarité est le fait que dans une société l'héritage provienne de la mère.

L'avunculinéarité est le fait que dans une société l'héritage provienne de l'oncle (maternel).

Dans certaines sociétés, l'héritage est patrilinéaire pour certaines choses et matrilinéaire (ou avunculinéaire) pour d'autres.

Par exemple, chez les Yakos du Nigeria, la terre se transmet patrilinéairement et le bétail, les ustensiles domestiques, la monnaie, les outils et les armes sont transmis matrilinéairement.

La patriarcalité est le fait pour une société que ce sont les personnes mâles qui y ont l'autorité

La matriarcalité est le fait pour une société que ce sont les personnes femelles qui y ont l'autorité

L'exogamie est le fait de se marier avec une personne extérieure à l'ensemble de personnes auquel on appartient.

L'endogamie est le fait de se marier avec une personne appartenant à l'ensemble de personnes auquel on appartient.

La virilocalité ou patrilocalité est le fait pour un couple marié de résider là où réside la famille de l'époux.

L'uxorilocalité ou matrilocalité est le fait pour un couple marié de résider là où réside la famille de l'épouse.

La néolocalité est le fait pour un couple marié de résider là où ne réside ni la famille de l'époux ni celle de l'épouse.

Les sociétés de chasseurs qui sont devenues agricoles sont souvent devenues matrilocales car les activités agricoles étaient surtout féminines.

Le labourage et le pastoralisme causent plus de patrilocalité.

La néolocalité cause la disparition de l'unilinéarité.

 

Une foule est un ensemble de sujets en grand nombre dans un même espace par une cause plus grande que la grégarité.

Par exemple, une foule de mouches ou autres nécrophores est attirée par un morceau de viande ou un cadavre, des abeilles s'agglutinent autour d'une coupelle de confiture, ou des hyènes tachetées et des vautours se retrouvent autour de la carcasse d'un gnou (chimiotaxie); une nuée (un tourbillon) de phalènes se forme autour d'une lumière et se disperse avec l'obscurité (phototaxie); des blattes se rassemblent autour d'un fourneau (thermotaxie); des mammifères se retrouvent autour d'une mare en pleine savane sèche (hydrotaxie); des humains créent une foule en voulant profiter de promotions commerciales dans un grand magasin.

Une foule est un ensemble de personnes indifférenciées.

 

Une panique est une peur collective imitative.

La panique est causée, lors de la perte du meneur, par la rupture des liens affectifs qui assuraient la cohésion de la foule.

Avec les liens qui les rattachaient au chef, disparaissent généralement ceux qui rattachaient les individus de la foule les uns aux autres; chacun a alors la sensation de se trouver seul en face du danger; la panique signifie la désagrégation de la foule et a pour conséquence la disparition de toute attache entre les membres de celle-ci.

Le chef imite le désir des autres: impression d'autosuffisance; inversement, et pour la même raison, c'est parce que le chef, indifférent, marque bien par sa distance qu'il n'a nul besoin d'eux, que les autres sont irrésistiblement attirés par lui.

Le pouvoir et l'illusion du pouvoir ne sont qu'une seule et même chose.

Les trois qualités d'un bon chef amérindien du nord sont: être faiseur de paix, bon orateur et généreux de ses biens.

*

La sauvagerie est le fait pour une espèce ou une race de ne pas avoir été intentionnellement modifiée (génétiquement) par des personnes (d'une autre espèce?).

La domesticité est le fait pour une espèce ou une race d'avoir été intentionnellement modifiée (génétiquement) par des personnes (d'une autre espèce?).

Selon ces définitions, être soit sauvage soit domestique équivaut pour des espèces ou des races à être soit artificielle soit naturelle.

 

Pour domestiquer des animaux, les humains isolaient un groupe d'animaux de leur communauté, et  sélectionnaient les changements génétiques de leur descendance.

Les animaux étaient protégés des prédateurs; les compétitions à l'intérieur du groupe étaient éliminées; des apports de nourriture et d'eau étaient réalisés en cas de péjoration climatique?

Les effets des maladies et des parasitoses étaient diminués par les connaissances pharmaceutiques des domesticateurs.

Les effets du climat étaient diminués.

Domesticabilité de plus d'espèces herbivores que d'espèces carnivores, car moins d'agressivité.

 

Apprivoiser, c'est pour une personne de diminuer la peur, la crainte qu'une bête peut avoir de lui, et lui enseigner certains comportements.

L'apprivoisement: faire diminuer la distance de fuite de l'animal.

non transmissible génétiquement

Un animal n'est apprivoisable que dans la mesure où il peut imiter, assimiler.

Apprivoiser, c'est modeler des comportements non agressifs (envers soi) chez des sujets d'autres espèces plus bestiales.

 

Un succès est une réussite publique, sociale.