Accueil du site

Sommaire

Le philosophe

Cont@ct

 

Apparition de l'humain

 

Il y a 55 millions d'années et durant une vingtaine de millions d'années, les petits mammifères ancêtres des primates, des chauve-souris, des écureuils volants et des musaraignes arboricoles vivaient dans un environnement d'arbres fruitiers, si abondant en vitamines C que chez ces animaux, le métabolisme de synthétisation de la vitamine C a disparu, alors que s'est développé une attirance génétique, innée pour le goût sucré.

*Les prosimiens (prédécesseurs des singes) disparurent il y a 40 ou 50 millions d'années avec l'apparition des singes, sauf à Madagascar, terre déjà séparée du continent africain, où les singes n'apparurent pas (les lémuriens de Madagascar se maintinrent, alors qu'en Afrique ils furent supplantés). Ils avaient déjà des ongles et non plus des griffes, et un pouce opposable.

*Avec les singes, il y eut un développement du cerveau, une maturité plus tardive des jeunes (c'est par l'imitation que les jeunes en viennent lentement à connaître les comportements de la vie adulte), et donc une immobilisation de la mère le temps de l'apprentissage des jeunes, les uns et les autres devenant de ce fait plus vulnérables et dépendants de toute la société. Alors que chez les lémurs, le chef de bande pouvait être aussi bien une femelle qu'un mâle, il y eut chez les singes un accroissement de la dominance du mâle.

*L'œstrus apparut avec les singes et les anthropoïdes: c'est la période de réceptivité qui revient pour la femelle non pas une fois par an, mais tous les mois. La sexualité mâle pouvait ainsi s'accomplir toute l'année, et les femelles en chaleur commençaient par accepter n'importe quel mâle, pour se réserver les mâles les plus dominants lorsque la fécondité devenait maximale.

*L'ancêtre commun des chimpanzés, des gorilles et des humains, vivait dans un paysage fait de forêts et de savanes boisées, qui s'étendait, il y a vingt millions d'années, à travers toute l'Afrique équatoriale, de l'océan Atlantique à l'océan Indien; il y a 15 millions d'années, la lignée qui a mené au gorille s'est séparée de celle des autres grands singes; et puis, vers dix millions d'années, il y eut des événements tectoniques: réactivation de l'effondrement du Rift, cette grande faille qui partage l'Afrique orientale, ouvre la mer Rouge et le Proche-Orient; à l'ouest du Rift, entre l'océan Atlantique et la faille, les précipitations se sont poursuivies avec la même régularité et la fréquence qu'avant, tandis qu'à l'est, sur le plateau, lui-même entre deux et trois mille mètres d'altitude, sous la barrière montagneuse qui borde le Rift, les pluies sont devenues irrégulières et le couvert forestier s'est dégradé; à l'ouest a primé l'adaptation au milieu arboré, au déplacement suspendu et au redressement occasionnel: c'est là que sont apparus les gorilles et les chimpanzés; à l'est a primé l'adaptation au milieu découvert, au déplacement bipède, au grimper vestigial: c'est là que sont apparus les humains.

**Les sept premiers millions d'années de cette période, il y a eu des pré-humains: les australopithèques (six ou sept espèces), qui ont, à partir de trois millions d'années, élargi leur territoire à l'ensemble du quadrant sud-est de l'Afrique, et à partir de trois millions d'années, sont apparus les humains.

**L'Afrique avait des forêts et des savanes boisées jusqu'à ce que, il y a huit millions d'années, une faille se fit du sud au nord et sa partie orientale s'est soulevée; moins arrosée, le climat y est devenu plus aride et un paysage de savanes clairsemées et de prairies apparut; les grands singes (primates) ont été privés des arbres dans lesquels ils vivaient, mangeaient et se protégeaient, et où ils se déplaçaient par le moyen de leurs quatre mains; dans la savane, le meilleur moyen pour se protéger des prédateurs était de se soulever sur leurs pattes arrières afin de pouvoir les voir alors qu'ils sont encore lointains; peu à peu, ils n'ont plus utilisé leurs mains antérieures pour se déplacer, devenant ainsi bipèdes; leur denture a eu un émail épais, leur permettant de consommer, fruits, graines et tubercules.

La faiblesse de la pilosité permet à  l'humain d'évacuer la chaleur lors de longs efforts, là où un animal à forte pilosité serait épuisé.

La bipédie permet à l'humain de produire des déplacements très longs moins fatigants qu'avec la quadrupédie.

***La locomotion bipède exclusive est acquise par les australopithèques il y a 6 à 1 millions d'années. Ceux-ci sont presque végétariens et se procurent leur nourriture individuellement. Les homos sont apparus il y a 3,5 millions d'années et ont vécu 2,5 millions d'années dans les mêmes régions que les australopithèques. Les homos omnivores coopéraient dans la quête de leur nourriture plus variée et moins coriace que celle des australopithèques. Leur dentition a pu se réduire et permettre aux muscles masséters et temporaux de diminuer. Ceux-ci ont cessé de comprimer en permanence la calotte crânienne, permettant au cerveau de se développer. L'appareil phonatoire ne subit plus les pressions qui limitaient la variété des expressions.

 

*Dans une zone qui s'étendait du Rift africain au Pakistan, le climat s'est asséché il y a 15 à 7 millions d'années, et la diminution des pluies a causé une réduction de la surface des forêts.

*Les grands anthropoïdes avaient besoin de beaucoup de nourriture, d'un grand territoire: ils se sont déplacés avec les forêts. D'autre part, leur taille faisait qu'ils devaient s'appuyer sur le dos de leurs mains pour se déplacer.

*Les petits anthropoïdes, moins exigeants, restèrent là où la forêt se raréfiait et durent de plus en plus descendre des arbres pour passer d'arbre en arbre. D'autre part, ils pouvaient se déplacer sur deux pattes en se balançant, ce qui leur aura permis d'utiliser leurs mains pour manier des armes pour se défendre de prédateurs auxquels ils devenaient plus exposés dans ces espaces découverts, puis ces armes furent occasionnellement utilisées pour assommer un petit animal lent et compléter ainsi leur régime de fruits par quelques morceaux de viande. Peu à peu, leurs canines, qui avaient auparavant la fonction qu'avaient leurs armes, rapetissèrent (alors que par exemple chimpanzés, gorilles, macaques et babouins, surtout les mâles, ont de longues canines). Par ailleurs, la carnivorie leur permit d'accéder à des acides gras qui favorisent le développement des cellules nerveuses, ainsi que celles des parois des vaisseaux sanguins.

*Les petits anthropoïdes grimpèrent peu à peu moins aux arbres pour y chercher la nourriture ou un abri. Il leur devint de plus en plus nécessaire de courir pour capturer le gibier car celui-ci se méfiait de plus en plus d'eux.

**Un peu avant trois millions d'années, il y a eu un refroidissement général de la Terre qui a duré neuf cent mille ans, et qui a causé un nouvel assèchement; la savane boisée et les îlots forestiers à grands arbres tropicaux est devenue une savane très claire qui n'a plus que quelques zones arborées le long des rivières; ce changement de végétation a modifié de nombreuses espèces animales: comme on use beaucoup plus ses dents en mâchant de l'herbe qu'en mâchant des feuilles, la hauteur des molaires de l'éléphant s'est multipliée par trois, les suidés ont multiplié par trois la longueur de leurs dernières molaires et le nombre des tubercules de ces dents, les antilopes de brousse (tragélaphes, buffles) ont été remplacées par les antilopes de steppe (alcélaphes, gazelles), les rongeurs arboricoles par les rongeurs fouisseurs, l'hipparion par le cheval, meilleur coursier que son prédécesseur, le metridiochère par le phacochère, meilleur consommateur de graminées que son prédécesseur; c'est aussi là que sont apparus l'australopithèque robuste, pré-humain aux prémolaires et aux molaires énormes très spécialisées pour une alimentation végétarienne coriace, au corps puissant (1,50 m, 50 kg) et au petit cerveau (500 cm3), et la la première forme humaine, l'homo habilis, à la denture omnivore, au cerveau plus développé (700 cm3) et au corps grêle (1,30 m, 30 kg).

**Alors que d'autres animaux se servaient déjà d'outils aménagés, effeuillant des branches pour les rendre plus efficaces, l'outillage au second degré (outils faits avec des outils) est apparu il y a plus de trois millions d'années (petits éclats parfois retouchés), c'est-à-dire qu'il est la création d'un hominidé pré-humain dont les mains n'étaient encore que partiellement affranchies de leur fonction locomotrice; ainsi des australopithèques, il y a trois millions d'années se servaient de pierres taillées pour éplucher des tubercules.

**L'adaptation, chez l'humain, des voies respiratoires supérieures à un meilleur fonctionnement de la respiration en climat devenu particulièrement sec, par la descente du larynx, a permis l'apparition des sons articulés et donc de la parole.

**L'adaptation de l'humain à un régime omnivore permet le développement du charognage et l'invention de la chasse, c'est-à-dire un changement important dans le comportement et par suite dans l'organisation sociale.

Il y a trois millions d'années, il y a eu un refroidissement du climat de la Terre, asséchant l'Afrique orientale; les derniers bouquets d'arbres ont disparu, remplacés par des grandes prairies et parfois des déserts; la dentition des hominidés s'est encore transformée, et le régime alimentaire s'est étendu à la viande, entraînant avec la recherche du gibier, charognage et chasse, organisation et mobilité; l'outillage s'est multiplié.

Les quadrumanes n'ont plus eu la possibilité de grimper sur des arbres et d'en empoigner les branches avec les pieds, comme avec les mains pour s'y accrocher

Les singes anthropoïdes ont des longs doigts crochus et un pouce court, leur permettant de se suspendre dans les arbres.

Les mammifères quadrupèdes ne peuvent pas survivre à l'augmentation du poids de leur cerveau, parce que leur tête n'est pas à la verticale de leur cou.

Les humains ont eu l'outil, l'habitat et la chasse avant le langage (premiers outils il y a 2,5 millions d'années). Les possibilités de la parole sont apparus il y a 500.000 ans et ont été acquises dans leur totalité il y a 100.000 ans.

Chez les autres mammifères terriens, le larynx est en position haute dans le cou, à peu près en face des trois premières vertèbres cervicales: ils peuvent avaler et respirer simultanément; ils ont un petit pharynx qui fait caisse de résonance. Chez les humains, quelques mois après la naissance, le larynx commence à descendre pour arriver progressivement au niveau des sixième et septième vertèbres cervicales: il y a un risque d'étouffement et de suffocation, mais il y a la possibilité d'émettre une grande variété de sons, et donc de parler.

Les sons [k], [g], [s], [z], [ƒ] (="ch"), [Z] (="j") apparaissent tard.

Il peut y avoir une origine compétitive de la marche à deux pieds, et donc une origine sociale, hiérarchique.

*En plusieurs millions d'années, des mutations advinrent et se répandirent: le pied qui s'aplatissait adhérait ainsi plus au sol, le développement de la voûte longitudinale augmenta l'élasticité et le ressort de leur démarche, l'éminence métatarsienne permit un plus grand équilibre par une pression renforcée sur le sol. Cette évolution, qui était presque achevée il y a deux millions d'années, s'est faite dans la mesure où la vie des hominidés dépendait plus de la capture d'une proie que de la fuite dans la sécurité des arbres. Il y a deux millions d'années, les humanoïdes pouvaient courir, mais étaient incapables de marcher sur de longues distances. Ils attendaient en embuscade près des filets d'eau.

*Dans la savane, la nécessité du partage de la nourriture apportée par la chasse entraînait pour les mères une dépendance totale envers la compétence du mâles. Le rayon d'action des femelles était délimité par les exigences du plus jeune de ses enfants. Ce qu'elles ramassaient comme nourriture était important au point de vue des vitamines, mais très peu en calories. Les mâles nourrissaient les femelles réceptives sexuellement.

*La posture sexuelle frontale permit un attachement individuel plus grand. Il y eut un développement de la poitrine féminine, car c'était un déclencheur sexuel, avec une augmentation de la pigmentation des aréoles. Il y eut aussi une diminution de la pilosité, surtout féminine, car les femelles moins poilues, exhibaient plus leurs attraits sexuels: seins, bouche (disparition de la barbe chez les femmes), yeux (dilatation des pupilles), attiraient plus les mâles et engendraient plus. L'orgasme intensifiant le désir féminin augmentait la probabilité du retour des mâles après la chasse. Ils pouvaient être fatigués; le désir féminin les revigorait. Si l'orgasme mâle est apparu il y a 200 millions d'années, l'orgasme féminin exige une certaine discipline, une concentration sur cette partie du système nerveux central, concomitant au développement du gros cerveau humain. Il est très récent, peu établi dans l'espèce, et diffère donc beaucoup selon les femmes.

*Une société de chasseurs ne pouvait guère réunir plus de 50 membres, y compris les enfants. C'est à peu près le maximum que le gibier peut réunir dans un rayon accessible, avec 10 mâles adultes au moins: beaucoup plus, et les individus à nourrir eussent été trop nombreux; beaucoup moins, et ces gros animaux plus gros et plus rapides que les chasseurs, n'eussent pas été pris, puis tués. Pour affronter leurs proies, les chasseurs ancestraux ne disposaient que du coup de poing, ou de la hache tenue dans la main, qui écrasait, de l'épieu qui transperçait et de l'action concertée de leurs semblables.

*Pour chasser, ils utilisaient des galets trouvés dans l'eau et dont ils dégageaient un bord coupant d'un côté. Il y a un million d'années, ils utilisaient, deux pierres sphéroïdes reliées par une corde, s'enroulant autour des pattes des animaux qu'elles faisaient tomber.

*Il y a 1,5-1 million d'années est apparu en Afrique orientale le biface acheuléen, de forme amygdaloïde symétrique, soigneusement taillé des deux côtés; il s'est diffusé ensuite en Afrique, pas en dehors (Europe et Asie) car le feu n'était pas encore maîtrisé pour pouvoir vivre dans ces régions plus froides. Il y a deux millions d'années, la main n'avait pas assez évolué pour permettre la préhension précise indispensable au travail sur pierre de la culture acheuléenne.

Il y a un peu plus d'un million d'années: premiers feux

Il y a un peu moins d'un million d'années: premiers foyers

*A partir de la glaciation d'il y a 700.000 ans, il y a eu une migration vers le nord: Israël, Europe, Chine, car le gibier, n'ayant pas évolué aux côtés des humains et les ignorant donc, était peu méfiant, mais aussi car la population humaine augmentait et à cause d'une tendance à avoir un comportement exploratoire, venant de l'ancienne curiosité primate et de nouvelles pulsions prédatrices à l'exploration.

*Il y a 500.000 ans, il y a eu une apogée technique et esthétique du biface acheuléen. En même temps, en Chine, les bifaces étaient faits en cristal de roche translucide et brillant, plutôt qu'en silex noir, pourtant plus facile à extraire et à tailler.

*Des artisans pouvaient manifester une supériorité sociale autrement que par la chasse pour les mâles ou que par l'attraction sexuelle pour les femelles.

*En Eurasie, il y a 500.000 les néandertaliens, hominidés petits et robustes, adaptés  au climat froid de la glaciation eurasienne, habitèrent les premiers sites protégés, sous forme de grottes. En Ukraine il y eut des constructions permanentes faites d'os de mammouths et de peaux de rennes.

*Dans ce climat plus rude apparut un artisanat (moustérien) de la pierre plus grossier, moins beau, à base d'éclats détachés du noyau par des coups habilement dirigés; les bords étaient bien tranchants et pouvaient être retouchés.

Il y a 400.000 ans des aliments commencent à être cuits.

Il y a 250.000 ans: dessin de festons sur un os de mammouth en Dordogne

Il y a plusieurs centaines de milliers d'années: en Chine et Indonésie, bris délibérés de crânes, rites liés à la mort.

Il y a 100.000 ans: enterrement des morts, creusement soigné de fosses, parfois peintes à l'ocre, et inhumation de cadavres accompagnés de fleurs, de nourriture et de diverses choses symboliques ou utilitaires.

*Il y a 35.000 ans il y eut un réchauffement de quelques milliers d'années qui a permis aux humains (homo sapiens sapiens) de migrer vers l'Europe occidentale.

*L'artisanat lithique (aurignacien) consistait surtout en lames étroites, soigneusement retouchées, sans doute au marteau et au percuteur. Certaines pointes devaient être destinées à des sagaies. Mais étaient aussi travaillés l'os, le bois de cervidé et l'ivoire du mammouth.

Les populations des primates arboricoles sont séparées, ce qui tend à permettre la contemporanéité de beaucoup d'espèces. Par contre, la bipédie des ancêtres des humains tend à faire se répandre les populations, et par rivalité à favoriser l'existence d'une unique population. Ainsi l'arrivée des humains en Europe a éliminé la population des néandertaliens il y a 32.000 ans.

*Il y a 35.000 à 32.000 ans, les néandertaliens disparurent à cause du partage du même écosystème par les cro-magnons qui étaient concurrents pour la chasse et étaient différents d'aspect.

*L'arc et la flèche, de même que la sagaie si efficace et la fronde, ont été inventées il y a seulement 30.000 ans environ. L'invention de l'arc et la flèche est due à un peuple nord-africain (culture atérienne), grâce à de la soie. Est ainsi apparue la possibilité de tuer à distance en évitant les dangers du combat rapproché imposé par une arme tenue à la main.

*Quand les Amérindiens ont mis le pied sur le continent à la fin de la dernière glaciation, ils savaient utiliser des sagaies à pointe striée, mais ils ne possédaient pas l'arc et la flèche. Ils les ont reçu il y a 1.500 ans seulement.