Accueil du site

Sommaire

Le philosophe

Cont@ct

 

Sentiments

 

Un sentiment est un affect dans ou de l'imagination.

Par exemple, le désir, la satisfaction, l'insatisfaction, l'espoir, la crainte, l'envie, la jalousie, l'amour, la haine, l'admiration, le mépris sont des sentiments.

*

Un désir est un sentiment vers quelque chose dont on n'est pas certain de la réalité ou de la réalisation (par contre, on peut être certain de son irréalité ou de son irréalisation).

Par exemple, si un sujet voit qu'il pleut, il ne peut pas désirer qu'il pleuve, mais il peut désirer qu'il continue à pleuvoir.

Par exemple, si on est certain d'être mortel, il est impossible de désirer être mortel, mais on peut désirer être immortel.

On peut désirer différentes choses dont la réalisation des unes implique l'irréalisabilité des autres.

Par exemple, même si un humain sait qu'il est impossible d'être en deux lieux simultanément, il peut désirer être à Paris mercredi toute la journée et désirer être à New York mercredi toute la journée; mais il ne peut pas avoir l'intention d'être à New York mercredi toute la journée et avoir l'intention d'être à Paris mercredi toute la journée.  

On peut désirer d'autant plus quelque chose qu'on est peu certain de sa réalisation.

Par exemple, comme l'écrivait Jean Racine, «le désir s'accroît lorsque les faits se retirent».

Une satisfaction ou contentement est le sentiment causé par la certitude en la réalisation d'un désir.

Une insatisfaction ou mécontentement est le sentiment causé par la certitude en l'irréalisation d'un désir.

Avoir un désir dont on est certain de l'irréalisation implique être insatisfait.

Par exemple, désirer être immortel si on est certain d'être mortel implique l'insatisfaction.

Le fait de ne pas être autant satisfait qu'on l'aurait cru par la réalisation d'un désir peut lui-même causer une insatisfaction (une déception).

Si on est déçu par le peu de satisfaction causé par la certitude de la réalisation d'un désir, c'est parce qu'on désirait fortement cette chose et qu'on en attendait, qu'on en espérait une forte satisfaction.

*

 

Un souhait est un désir dont on désire la réalisation (dont on n'est pas certain de l'impossibilité).

Un fantasme est un désir dont on ne désire pas la réalisation ou dont on désire l'irréalisation.

Un fantasme est un désir d'une activité concrète symbolisant un désir plus large, plus profond, difficilement réalisable ou exprimable.

Par exemple, Louise a été violée quand elle avait 17 ans; on l'avait alors at tachée à un arbre. Une psychothérapie lui apporta une aide qui lui permit par la suite de développer des relations érotiques et amoureuses d'apparences très normales. Un jour, Louise souligne qu'elle a un fantasme bizarre: elle désire que son ami l'attache au lit et lui fasse l'amour. «Est-ce une séquelle du viol? Est-ce une vieille blessure qui s'ouvre à nouveau?», se demandait-elle. Après analyse de la situation, Louise se rendit compte qu'elle ne voulait pas vrai ment être attachée. Elle prit conscience qu'elle désirait fortement que son partenaire soit plus actif quand tous deux faisaient l'amour et aussi dans les autres domaines de leur vie commune, mais elle ne savait pas trop comment le lui dire.

Une femme avait un désir obsessif de faire l’amour sur une peau d’ours, devant un feu de foyer. Cette i mage de l’amour lui semblait être l’illustration d’un désir sexuel vu comme la recherche du plaisir des sens. Mais cette femme avait beau se réjouir de faire l’amour sur une peau d’ours devant un feu de foyer, elle demeurait à chaque fois insatisfaite sans trop savoir pourquoi, et le même désir revenait sans cesse. Un jour elle considéra son fantasme comme une image symbolique dont elle devait trouver le sens. Elle découvrit alors un besoin caché: partager une activité avec un compagnon chaleureux, et ce dans les divers domaines de sa vie. Malgré les performances de son amant et les siennes, elle était restée longtemps sur sa faim, aussi longtemps qu’elle passait à côté de son besoin plus fondamental, et dans ce cas-ci de nature tout autre que sexuelle. Lorsqu'elle a réussi à modifier de façon épanouissante la relation avec son partenaire, cette femme s’est libérée de son fantasme.

 

*

Un espoir est le désir de la réalisation de quelque chose dont on n'est certain ni de l'impossibilité ni de la nécessité.

Une crainte est le désir de l'irréalisation de quelque chose dont on n'est certain ni de l'impossibilité ni de la nécessité.

Par exemple, il est impossible d'espérer (ou de craindre) être invisible ou immortel si on est certain qu'il est impossible d'être invisible ou immortel.

Un soulagement est une satisfaction causée par la certitude de l'irréalisation d'une crainte.

Une déception est une insatisfaction causée par la certitude de l'irréalisation d'un espoir.

Un désespoir est l'insatisfaction causée par la certitude de l'impossibilité de la réalisation future d'un espoir.

Désespérer, c'est ne plus croire que ce qu'on espérait puisse se réaliser.

Désespérer, c'est ne plus croire en la réalisabilité de son espoir.

Le désespoir est la croyance qu'on ne peut pas être heureux.

*

L'émulation est le désir d'imiter un sujet afin d'être, d'avoir ou de faire la même chose que lui ou plus que lui.

L'émulation est le désir, l'espoir d'être, d'avoir ou de faire quelque chose parce qu'un autre sujet l'est, l'a ou le fait.

L'envie est le désir, l'espoir d'être, d'avoir ou de faire quelque chose parce qu'un autre sujet l'est, l'a ou le fait, et l'insatisfaction de ne pas l'être, l'avoir ou le faire (à cause de lui?).

L'envie est le désir de quelque chose qu'a un autre sujet et l'insatisfaction de ne pas l'avoir.

L'envie est le désir d'être, d'avoir ou de faire ce qu'a, est ou fait un autre sujet et l'insatisfaction de ne pas l'être, l'avoir ou le faire.

L'envie n'implique pas le désir que la personne enviée n'ait plus, ne soit plus ou ne fasse plus ce pour quoi on l'envie.

Par exemple, si j'envie un voisin qui a une voiture BMW, je serais satisfait d'avoir aussi une voiture BMW; mais si je l'envie d'avoir la plus onéreuse voiture du quartier, je ne serais satisfait que si c'est moi qui ai la plus onéreuse et non plus lui.

*

La jalousie est la crainte de ne plus être, avoir ou faire quelque chose parce qu'un autre sujet le serait, l'aurait ou le ferait.

La jalousie est la crainte qu'un autre sujet préfère autre chose que ce qu'on est, a ou fait.

Contrairement à l'envie, dans la jalousie, l'autre sujet n'est pas nécessairement réel: il peut n'être qu'imaginé.

Par exemple, l'enfant aîné jalouse l'enfant cadet car il n'aura plus les mêmes pouvoirs, la même attention exclusive de la part de ses parents; inversement, l'enfant cadet enviera l'enfant aîné qui a toujours plus de pouvoirs, de liberté, de privilèges que lui.

*

La curiosité est le désir de percevoir, de connaître (ou savoir) ou de comprendre.

*

Une inquiétude est le désir de savoir la réalité sur quelque chose qu'on craint, ou l'insatisfaction de ne pas la savoir.

Par exemple, je peux être inquiet du retour d'un ami ou du résultat d'un examen.

*

L'amour est la satisfaction de l'existence de quelque chose qu'on croit connaître.

La haine est l'insatisfaction de l'existence de quelque chose qu'on croit connaître.

Par exemple, il est possible de désirer manger du chocolat sans jamais en avoir mangé, mais il est impossible d'aimer (ou de haïr) manger du chocolat sans jamais en avoir mangé.

Un sujet ne peut pas aimer ce qu'il a oublié.

Préférer, c'est désirer plus, aimer plus ou haïr moins.

*

L'empathie est l'imitation d'un affect selon la croyance de ce qui l'a causé chez un autre sujet.

Par exemple, si on voit un enfant pleurer, on peut avoir de l'empathie et donc être triste en croyant que c'est parce qu'il s'est blessé mais pas si on croit que c'est parce qu'il n'a pas réussi à blesser un autre enfant.

L'empathie est la connaissance ou la compréhension des affects d'un autre sujet.

L'empathie est la connaissance par un sujet de l'état affectif d'un autre, avec participation partielle à cet état.

La sympathie est l'amour que l'on a envers un autre sujet pour les identités (affectives ou de croyances) qu'on a ou qu'on désire avoir avec lui.

L'antipathie est la haine que l'on a envers un autre sujet pour les différences qu'on a ou qu'on désire avoir avec lui.

 

*

Le ressentiment est la haine envers d'autres sujets dont on se souvient de la souffrance qu'on croit qu'ils ont causée en nous.

*

Une amitié est une relation de sympathie (ou d'amour) réciproque entre des personnes ayant communiqué (réciproquement?).

Par exemple, si deux personnes célèbres s'aiment sans jamais avoir communiqué, ils ne sont pas amis.

Une inimitié est une relation d'antipathie (ou de haine) réciproque entre des personnes.

*

La sincérité est l'expression de sentiments qu'on a.

Par exemple, remercier quand on est reconnaissant, pardonner quand on n'a pas de rancœur ou féliciter quand on est admiratif, c'est être sincère.

L'insincérité est l'expression de sentiments qu'on n'a pas.

L'hypocrisie est l'expression de sentiments qu'on n'a pas afin de faire croire à d'autres sujets qu'on les a.

Par exemple, remercier quand on n'est pas reconnaissant, pardonner quand on a de la rancœur ou féliciter quand on n'est pas admiratif, c'est être insincère et hypocrite.

Par exemple, une ironie peut être insincère sans être hypocrite.

*

La désolation est l'insatisfaction causée par la croyance que quelque chose est advenu.

Le regret est l'insatisfaction de quelque qui nous est advenu et sur quoi on croit qu'on pouvait agir, qu'on pouvait modifier, changer.

Par exemple, je peux être désolé qu'un ami se soit cassé la jambe, mais je ne peux pas le regretter.

Un remords est le regret de quelque chose dont on se croit responsable.

La nostalgie est l'insatisfaction causée par la croyance que quelque chose qu'on se remémore ne puisse plus être encore réel, et le désir que cela se réalise encore.

La nostalgie est l'insatisfaction causée par la remémoration de quelque chose qu'on croit impossible d'exister encore réellement, et le désir que cela se réalise encore.

La nostalgie est l'insatisfaction de ne pas pouvoir revivre son passé, et le désir de  revivre identiquement.

*

La fierté est la satisfaction de quelque chose (en partie) parce qu'on croit qu'elle est en relation avec soi, et le désir que d'autres sujets connaissent cette chose.

La honte est l'insatisfaction de quelque chose (en partie) parce qu'on croit qu'elle est en relation avec soi et le désir que les autres sujets ne connaissent pas cette chose.

On n'est pas nécessairement responsable de ce dont on est fier ou dont on a honte.

Par exemple, il est possible d'être fier ou d'avoir honte de ses ancêtres, de la longueur de son nez ou des résultats ou victoires des équipes sportives de son pays.

On peut avoir honte de quelque chose, et être fier d'avoir quand même le courage de le communiquer (pour des raisons morales supérieures).

Par exemple, un scientifique peut avoir honte d'avoir dit quelque chose de faux durant vingt ans, et être fier d'avouer son erreur et d'indiquer sa capacité d'évoluer.

*

La dissimulation est le fait de faire ignorer quelque chose.

La pudeur est la volonté (le désir ou l'intention) de cacher ou dissimuler à d'autres sujets (personnes) quelque chose qui est en relation avec des affects intenses.

Par exemple, ne pas se montrer nu, cacher ses larmes, étouffer ses pleurs (au téléphone), désirer ne pas uriner, ne pas copuler devant une autre personne.

L'intimité est la partie de la vie qu'on est libre de faire ignorer, de cacher à qui on veut.

L'intimité est l'ensemble des choses qu'on cache ou dissimule par pudeur.

*

L'admiration est l'amour d'une personne pour ses actes (ou pour ce qu'on croit être ses actes).

Le mépris est la haine d'une personne pour ses actes (ou pour ce qu'on croit être ses actes).

*

Le bonheur est l'amour de sa vie présente, ou la satisfaction de réussir à vivre tel qu'on le désire.

La félicité est le bonheur absolu, total.

Le malheur est la haine de sa vie présente, ou l'insatisfaction d'échouer à vivre tel qu'on le désire.

Le bonheur et le malheur sont pour le sujet les/ses affects suprêmes.

*

La pitié est l'insatisfaction du malheur d'un autre sujet dont on croit qu'il ne le mérite pas.

L'indignation est l'insatisfaction causée par la croyance en une injustice.

L'indignation est l'insatisfaction de quelque chose qu'on croit immérité.

*

Un scrupule est une motivation à ne pas faire quelque chose intentionnellement à cause de la souffrance ou de l'insatisfaction que l'on croit que cela pourrait causer chez un autre sujet.

Un scrupule est la crainte de faire souffrir ou d'insatisfaire un autre sujet en faisant intentionnellement quelque chose.

*

La gourmandise est le désir (ou la satisfaction ou l'amour) de manger, alors qu'on n'a pas faim.

*

L'ennui est l'insatisfaction causée par le fait de ne pas faire quelque chose de satisfaisant ou qu'on désire faire.

*

Le narcissisme est l'amour de soi qu'on a par imitation de l'amour que d'autres sujets ont ou auraient pour soi.

Le narcissisme est la satisfaction ou l'amour de soi-même qu'un sujet a à cause de sa croyance qu'il est un modèle.

Le narcissisme est le désir ou l'amour de s'aimer soi-même.

*

Une passion est un sentiment envers quelque chose dont on se sait très dépendant sentimentalement.

La passion est le besoin subjectif.

Il y a passion si l'amoureux croit qu'il ne pourrait pas vivre sans ce qu'il aime (alors que ce qu'il aime n'est pas un besoin objectif).

*

Un problème est quelque chose d'insatisfaisant ou empêchant une satisfaction et qu'il est difficile de ne plus avoir (d'éliminer).

Une solution est une chose permettant de ne plus avoir un problème.

Une solution est la réalisation d' une solution.

Quelque chose est d'autant plus problématique qu'il est difficile à résoudre (à éliminer, à détruire).

*

Un conflit est un problème causé par le fait ou la croyance que des sujets ont des intentions, des désirs ou des volontés tels que ou tels qu'ils croient que la réalisation des uns implique l'irréalisation des autres.

*  

Le deuil est la souffrance causée par la certitude en la mort d'un individu qu'on aime.