Accueil du site

Sommaire de l'anthologie

L'anthologiste

Cont@ct

 

Shakespeare

 

Né le 26 avril 1564

 

Macbeth

V 1 "cette tâche maudite"

      II 1 teindre de sang les mers tumultueuses

****

Timon d'Athènes

IV 3 Car ces mamelles qui, au travers des barreaux de s fenêtres, percent les yeux des hommes

****

Tempest IV 1 Si tu romps le noeud virginal avant que toutes les cérémonies saintes puissent, de leur rite complet et sacré

Tempest IV 1 Les serments les plus puissants ne sont que paille pour le feu qui est dans le sang. Pratique plus d'abstinence, sinon

****

Le roi Lear IV 6  La farine ni le cheval

****

Othello IV 2  Le roitelet    la concupiscence sous mes yeux

****

Troïlus et Cressida V 2  Le démon Luxure avec sa grosse croupe et son doigt en gingembre   II, 2 52-60

*

Quand vous embrassez, recevez-vous ou donnez-vous?

****

Roméo et Juliette

acte III scène 1 vers 43

Rien qu'un mot? Ajoutez-y quelque chose, faites-en un mot et un coup

*

Ces violents plaisirs ont de violentes fins

Et meurent dans leur triomphe, comme le feu et la poudre,

Qui brûlent en un baiser.

**

Hamlet

Hamlet: - Voyez-vous ce nuage, là-bas, qui a presque la forme d'un chameau?

Polonius: - Par la messe! on dirait que c'est un chameau, vraiment!

Hamlet: - On dirait qu'il ressemble à une belette.

Polonius: - Oui, il a le dos d'une belette.

Hamlet: - Ou plutôt à une baleine.

Polonius: - Oui, une baleine, vraiment.

**

Troïlus et Cressida

Vers 101-118

Ulysse: - ...Oh! quand le grade est ébranlé,

Qui est l'échelle de tous les hauts desseins,

L'entreprise est malade! Comment les communautés,

Les grades dans les écoles et les confréries dans les cités,

Le commerce pacifique entre des rivages séparés,

Le droit d'aînesse et de naissance,

Les prérogatives de l'âge, les couronnes, les sceptres, les lauriers

Pourraient-ils, sans le grade, se maintenir à leur place authentique?

Supprimez seulement le grade, détendez cette corde,

Et, écoutez, quelle dissonance suit! toutes choses s'entrechoquent

Avec une obstination stupide; les eaux naguère contenues

Gonflent leurs seins au-dessus des rivages

Et font une soupe de tout ce globe solide:

La force règne sur la faiblesse

Et le fils brutal frappe son père à mort;

La force devient licite; ou plutôt, le licite et l'illicite,

Entre lesquels réside l'écart sans fin de la justice,

Perdent leurs noms, et la justice aussi.

***

Henri IV

Deuxième partie, II 3.24iques Garnier, p291-292

Percy: -...Il était vraiment le miroir

Auquel s'ajustait la noble jeunesse.

Tous les pas se mettaient à son allure,

Et le brusque langage (dont la Nature avait fait son défaut)

Etait devenu l'accent des vaillants.

Car ceux-là même qui avaient le parler bas et mesuré,

Se corrigeaient de cette qualité comme d'une imperfection,

Afin de lui ressembler. Si bien que, pour le langage, la démarche, le régime, les goûts, les plaisirs, les habitudes militaires, les caprices même de caractère,

Il était le modèle, et le miroir, la copie, et le livre,

Qui guidaient tous les autres.

***

Le Songe d'une nuit d'été

Titania(à la fin d'une longue description): - The spring, the summer,

The childing automn, angry winter, change

Their wonded liveries; and the mazed world,

By their increase, now knows not which is which.

And this same progeny of evils comes

From our debate, from our dissension;

We are their parents and original.

 

Jules César

Votre statue crachant par de nombreux canaux le sang

Où tant de Romains se baignaient en souriant

Signifie que la grande Rome boira

Votre sang régénérateur, que de grands hommes s'y presseront

Pour teindre leurs reliques et leurs emblèmes.

(II, 2, 85-89) 

 

 

Sonnets

Tu l'aimes, toi, car tu sais que je l'aime.

[Lu le jeudi 6 janvier 2010 sur http://coursais.over-blog.com/article-6-vii-possibibilites-de-dialogues-rapports-amoureux-et-humains-partie-2-42637694.html]