Accueil du site

Sommaire de l'anthologie

Index de l'anthologie

L'anthologiste

Cont@ct

 

Vladimir Nabokov

 

 

Vladimir Nabokov est né le 10 avril 1899 à Saint-Pétersbourg, s'exila à Berlin après la révolution russe puis à Paris en 1936, puis à Londres où il commence à écrire en anglais en 1941, puis aux Etats-Unis dont il devient citoyen en 1945, avant de s'installer dans un hôtel en 1959 à Montreux où il est mort le 2 juillet 1977.

 

Invitation au supplice (1938)

Chapitre III

On voyait que la perte de cet objet de valeur l'affectait. Cela se voyait. La perte de cet objet de valeur l'affectait. L'objet avait de la valeur. Il était affecté par la perte de cet objet.

 

Ada ou l'ardeur (1969)

Première partie

J'aimerais avoir ton opinion, Ada, et la vôtre, Cordula, sur le problème littéraire que voici: notre professeur de littérature française soutient que l'exposé de l'affaire Marcel-Albertine est compromis, de bout en bout par un vice philosophique (et partant, artistique) rédhibitoire; le roman n'a de sens que pour le lecteur qui sait que le narrateur est une folle et que les bonnes grosses joues d'Albertine ne sont autres que les bonnes grosses fesses d'Albert. Si l'on ne suppose pas ou si l'on exige pas que le lecteur a ou ait tout appris des particularités sexuelles de l'auteur afin de savourer son œuvre jusqu'à la dernière goutte, le livre entier perd toute signification. Selon mon professeur, si le lecteur ignore tout de la perversion proustienne, la description détaillée des tourments d'un hétérosexuel jaloux d'une homosexuelle est une absurdité manifeste, pour la raison qu'un homme normal ne peut être qu'amusé et même réjoui par les ébats de sa petite amie avec une partenaire du même sexe. Conclusion de mon professeur: un roman qui ne peut être apprécié que par quelque petite blanchisseuse qui se serait penchée sur le linge sale de l'auteur est, du point de vue artistique, un fiasco.