Accueil du site

Sommaire de l'anthologie

L'anthologiste

Cont@ct

 

Aimée Bender

 

Aimée Bender est née en 1969 à Los Angeles, d'un père psychiatre et d'une mère ballerine et chorégraphe.

 

La Fille en jupe inflammable

Tombe cette fille

Il me dit des choses gentilles sur mon corps.

Pendant qu'il me baise, je m'imagine en train de baiser une femme, un sourire sardonique aux lèvres. On est trois dans le lit: moi la femme, moi l'homme et lui, le rouquin aux mains superbes. Il croit que je suis une fille, une playmate, un simple réceptacle, mais il ne sait pas ce que je pense. Il ignore que je suis aussi une ombre allongée sur son dos, qui pousse et qui pousse.

«Oh, répète-t-il sans cesse. Oh», et ses yeux sont fermés tellement il se concentre. Quand on s'endort, il me tient dans ses bras comme s'il m'aimait. Il y a un truc que j'ai remarqué: quand on baise au premier rendez-vous, le type se montre bien plus tendre que le coup d'après. La première fois, on est une espèce de doublure de celle qu'il a aimée juste avant, et le temps qu'il se rende compte que vous n'êtes pas elle, on profite de cet agréable résidu émotionnel. Lovée contre son ventre, je me sentais donc aimée, comme si on se connaissait depuis des années. j'étais une fille formidable, et nous avons tous les deux dormi comme des bienheureux.

 

Naturellement, le rouquin s'appelle Patrick.

Pendant qu'il dort encore, je me précipite voir quelle tête j'ai. Je ne suis pas trop moche, juste un peu rouge. Rouge et baisable. Quand je reviens, il est toujours étalé sur le lit. Je réussis à me caser contre lui et je me demande comment je voudrais qu'il me trouve quand il se réveillera. J'aimerais dormir, l'air naturelle et sexy pour qu'il me désire de nouveau.

Je me souviens que j'étais très douée pour simuler ce genre de choses, en particulier au cours de mes années de lycée. À force de répétitions, je savais prendre une expression pensive, paraître insouciante... combien de types ai-je abusés ainsi? Je restais assise, les cheveux sagement ramenés derrière les oreilles, censée être plongée dans un livre, alors que je relisais sans cesse le même paragraphe, attendant qu'ils me remarquent et me désirent, prisonnière de cette image de moi en lectrice. Contempler des fourmis et vouloir paraître fantasque et proche de la nature? Contempler l'espace et vouloir paraître expansive, à la recherche des pensées qui cadreraient avec le portrait que je dressais de moi-même? J'ai trompé tellement de mecs! On me jugeait si souvent mystérieuse, oh! cette fille-là? On ne sait pas ce que Susie pense, et tout ce que je pense, c'est à quoi je ressemble à leurs yeux, et aussi que j'accapare leurs pensées.

[Lu le dimanche 21 septembre 2008 ou avant]